Ocean’s 21, les choses se précisent…

Il ne suffit pas de parler des choses pour qu’elles se réalisent mais parfois le fait d’en parler notamment sur les réseaux sociaux permet aussi de concrétiser les projets et ne pas les garder au stade de douces rêveries.

Openswimstars parle du projet Ocean’s 21

Ainsi se lance officiellement ce projet un peu fou mais parfaitement réalisable de nager seul ces 21 traversées dont les 7 du Ocean’s Seven et dont une quinzaine autour de l’Europe d’ici 4 ans pour les terminer si possible en 2021. Cela va demander de boucler un budget et de réunir une petite équipe autour de moi, de continuer à m’entrainer notamment à nager en eau froide, pour le reste rien d’impossible dans cette première mondiale (à ma connaissance).

Les 21 traversées me paraissent constituer un défi plus global et plus équilibré aussi que le Ocean’s Seven qui avait le mérite de lancer le principe mais qui passait sous silence Napoli-Capri par exemple ou Jersey-Saint Malo…

J’ai pu dessiner un tour de monde, en tout cas un tour d’Europe complet et quelques traversées ici ou là en hémisphère sud ou en Asie, qui avant tout me font envie et constitue un défi que je vais attaquer avec la plus grande motivation ces prochains mois.

L’obstacle majeur ne sera pas forcément financier mais peut être structurel car il est souvent difficile de trouver une place pour nager Gibraltar ou la Manche, donc sur ce point là pas de temps à perdre je me lance dans la guerre des inscriptions et des prises de contact.

Donc à très vite sur ce blog pour vous faire part de mes avancées et de mes premières traversées. Pour l’instant le compteur est à zéro mais désormais c’est officiel le projet Ocean’s 21 est lancé.

pacific-size

 

Publicités

Les clés de la réussite, qu’est ce qui détermine une bonne compétition en eau libre

À trois semaines de la reprise de la saison qui aura lieu, pour moi et bon nombre de nageurs libanais que j’entraine, à Chypre lors d’une manche de l’Eurasia Swim Cup, c’est l’occasion de faire le point sur le déroulement parfait d’un jour de compétition. Ce billet se veut, un petit guide pratique à l’attention des athlètes mais aussi des organisateurs afin que cette discipline se développe comme elle se doit.

Tout débute par une inscription et parfois par une course contre la montre pour trouver un bonnet mais bien souvent il faut aller à la pêche aux informations et à défaut d’une quelconque centralisation des informations il faut jongler avec des sites, des pages Facebook et autres afin de programmer sa saison. À ce stade on espère toujours avoir un maximum d’information dès le début et connaitre le parcours, s’il y aura des vestiaires, où un service de navette pour se rendre au point départ et espérer un retour des sacs au point d’arrivé car passer une demie journée en maillot de bain et abandonner des tongues sur une plage ça n’est pas très écolo. Malheureusement notre discipline est encore au stade de l’improvisation, mais au contraire de la ligue du même nom, c’est surtout un comique de répétition qui n’amuse pas sur le long terme.

Le jour j on souhaite encore de l’information et notamment sur les conditions de courses en cas de mauvais temps et être tenu au courant en temps réel ou presque des décisions de l’organisateur qui a tout pouvoir en la matière. Pourtant j’ai fait l’expérience d’un départ anticipé de la course un jour de beau temps sur un lac du centre de la France, sans que la plupart des nageurs soient mis au courant. Pas d’envoi d’email, pas de coups de téléphone et pire encore pas de réponse lorsque l’on appelait sur le numéro de l’organisateur. Rater un départ alors qu’on était à l’hôtel à faire passer le temps et arriver pour son 10km quand les rares nageurs avertis bouclent leur 5km c’est plus que rageant.

DU4vTCqWAAI64DR

L’information c’est aussi un briefing de sécurité fait dans les règles et là encore je ne parle pas d’un bénévole qui va tenter de crier trois consignes depuis un bateau à une minute du départ, en pensant que les 300 nageurs à moitié immergés, bonnets enfoncés sur la tête, ont parfaitement compris le parcours en mer qui les attend.

Je classe la qualité d’une épreuve selon des critères simples et lorsque l’on me demande de conseiller une course à un nageur je prend cette phase là comme référence. Ça peut paraitre étrange mais c’est un plaisir de nager dans un cadre bien organisé. J’ai pu par exemple prendre le départ de course où on avait du mal à comprendre le sens de rotation du parcours pourtant basique, deux bouées alignées à 500m de distance (en fait 400m).

Et c’est donc l’occasion d’aborder le point le plus sensible, le parcours en lui même. Ne pas connaitre le parcours au moment de l’inscription est une chose mais le voir se construire maladroitement au moment même du départ avec des bouées à peine visibles et sans aucun respect des distances annoncées marque un grand manque de considération pour les nageurs et pour la discipline.

Certes il n’est pas facile de faire un tracé exact, en plus le courant ou les vagues et le vent vont être de la partie pour durcir ou facilité ce trajet mais se limiter à des allers-retours entre deux bouées alors que le site propose des choses plus intéressantes c’est cruel pour le nageur en eau libre qui a l’impression de venir nager en bassin.

Il est bon à ce stade de mon énoncé de rappeler que je ne suis pas partisan des départ à 7h00 du matin sans avoir eu le temps d’un réveil musculaire et d’un échauffement, surtout quand la distance ou la météo ne sont pas contradictoire avec le fait de lancer l’épreuve au moment où il y aura du public et que les athlètes auront ainsi toutes les chances de nager vite et bien.

image_content_22426599_20170713215047

Vient enfin le déroulement de la course qui nécessite que les règles soient réellement appliquées, à savoir le dossier épineux des combinaisons et des homologations par la Fina des tenues des nageurs, mais aussi que le parcours a bien été respecté, le nombre de tours bien validé ou que le départ n’a pas été volé de plusieurs dizaines de mètres par certains. Si en plus il n’y a pas à l’arrivée 204 podiums par catégories d’âge et que le chronométrage est bien fait et le classement vite connu et diffusé (notamment pour le celui de la coupe de France), alors tout ira bien, mais là c’est le meilleur des mondes.

L’un des moyens de développer ce sport n’est pas de le limiter à des boucles sans fin, dans des endroits vide sans aucun média ou public, en laissant un gout amer aux compétiteurs, mais bien en proposant une belle expérience, une belle traversée en mer, en lac ou en rivière mais qui donnera envie de revenir et de faire inscrire pas mal de nageurs de son club car c’est bien le partage d’un très beau moment qui sera la moteur de l’eau libre.

Le mot d’excuse, où comment passer à côté de son entrainement ou de sa course.

Pour faire suite au précédent article sur la distance marathon en eau libre mais aussi pour faire écho à de nombreux récits d’athlètes amateurs de toutes disciplines nous allons aborder cette fois la façon dont on peut auto-brider sa performance, ou, pour se rassurer pour le jour J accumuler paradoxalement bon nombre d’erreurs à l’entrainement en pensant bien faire.

il serait utile de débuter, ici, par les entrainements et faire d’abord une liste des fausses raisons (pas exhaustives malheureusement) qui reviennent très (trop) souvent dans la bouche des athlètes de tous niveaux. Puis de s’attaquer aux grandes erreurs que les athlètes mettent en place pour palier à ce manque de confiance dans un entrainement spécifique et qui, de fait, vont saboter toute ou partie de leur performance le jour J.

S’il s’agit de traiter de question psychologique, il ne s’agit pas de décortiquer le mental de chaque athlète mais bien les réponses du type « je ne peux pas » lorsqu’il lui sera proposé un entrainement relativement difficile qui le ferait progresser. On peut imaginer ici des fractionnés en grand nombre ou des vitesses élevées, peut importe à condition que la réponse de l’athlète soit un évitement de cette session.

Dès lors, la première excuse est, justement,  la trop grande difficulté, a priori, d’une session d’entrainement qui pourtant suit une certaine logique de progression dans la préparation et permettra d’aller plus vite lors des compétitions à venir. Mais l’athlète se bloque face au menu de la session et se définit comme incapable de réaliser un exercice qui serait dès lors, hors de propos.

000_DV408479

Cette excuse vient souvent s’accoler au fait de n’avoir jamais fait ce type d’entrainement avant, car l’athlète qui doute peut être très conservateur, dans le but de se rassurer, et il veut bien innover mais uniquement si tous les réseaux sociaux parle d’une nouvelle technique qui fête pourtant souvent ces 20 ans.

Donc, tant qu’il ne l’a pas fait avant il est souvent difficile de faire faire une session spécifique sans créer des réticences chez le sujet pourtant déjà suffisamment entrainé et près pour passer un nouveau cap. Mais comment progresser grâce aux sessions déjà traditionnelles qui souvent touchent leurs limites? L’athlète ne se pose pas ce type de question il pense qu’il peut le faire en suivant un plan commun, une nouveauté de 20 ans totalement inutile ou anachronique, voire en répétant sans cesse les étapes précédentes. S’il fallait appliquer cette « méthodologie » à tous les apprentissages de la vie on progresserait peu.

Vient ensuite une série de deux excuses qui, à nouveau, s’entremêlent, à savoir que l’athlète pense déjà en faire beaucoup mais aussi que cela pourrait nuire à sa technique car il ne serait pas capable de se concentrer sur celle-ci durant un entrainement aussi exigeant. La nouveauté serait indigeste voire contre-productive.

Voilà encore une manière de trouver des excuses pour ne pas se confronter, pourtant sans dossard et juste avec le chronomètre comme juge et soi même comme seul spectateur, à une « nouvelle » méthodologie, du moins à un exercice qui va sûrement permettre de développer quelques qualités de vitesse ou de maintien. Il y a pourtant peu de risque sur le papier.

8012f255a337782bffaadea968723f36_XL

On en vient alors à notre second problème, celui de l’entrainement à la distance ou sur le parcours. Car évitant de se mettre à l’entrainement dans un certain inconfort et en « danger » par rapport à des normes qu’il a pu lire ici ou là, l’athlète va choisir de s’entrainer à la distance qu’il doit courir ou nager ou rouler le jour J, histoire de se rassurer. La variante à cela étant de vouloir faire la course avant la course sur le même parcours et à la vitesse donnée, en espérant ainsi maitriser sa performance lors de l’épreuve.

Voilà deux faces d’une même pièce, qui représentent bien une faille mentale qui entraine une défaillance dans l’entrainement et qui provoque une contre performance en compétition.

Dès que l’on aborde la partie mentale dans la réussite d’un sport qu’il soit d’endurance ou de vitesse pure on évalue son importance à une part largement majoritaire dans le succès ou dans l’échec. Et l’on peut souscrire à cette hypothèse que l’entrainement quotidien devrait aussi aborder la part psychologique du sport et de l’effort que l’athlète doit endurer.

Pourtant à vouloir se rassurer ou ne pas oser se confronter à des sessions dédiées l’athlète qu’il soit un nageur de 100m en bassin, un compétiteur en eau libre qui devrait se lancer sur 10km ou un marathonien sur route, rate bien souvent sa course lorsqu’il entame sa phrase par : « je ne peux pas » quelque soit l’excuse qui viendra appuyer sa capitulation.

Pire encore il viendra ruiner tous ses espoirs en voulant répéter sans cesse des exercices ou des distances qui le rassure mais ne le font pas progresser. Combien de coureurs de marathon arrivent cramer le matin d’un 42,2 km faute d’avoir couru deux ou trois fois cette distance, ou presque, les semaines précédentes en pensant bien faire. Ici le mental n’y pourra rien car les conditions de course ne seront pas les mêmes et la pression souvent trop importante pour que l’on puisse reproduire à Berlin, Paris ou New York ce que l’on faisait le dimanche matin dans la sortie trop longue. Et de toute façon, le manque de fraicheur fera le reste. Dans le meilleur des cas l’athlète n’ayant plus réellement travaillé la vitesse mais uniquement la distance aura une performance relativement médiocre car il lui manquera de jus pour progresser encore et toujours.

La prochaine fois que vous lisez votre plan ne sabotez pas vous même la suite du programme, ça peut tuer toutes vos ambitions qui pourtant vous motivent chaque matin pour aller vous entrainer.

Lancez vous et « je ne peux pas » n’est pas une option, essayez, tentez, relativisez et attaquer, laissez vos doutes dans la zone de confort et oubliez les si vous souhaitez passer une barrière.

Préparer sa première longue distance en eau libre

Lors de mes participations à des épreuves notamment de coupe de France ou autres évènements franchisés comme l’excellent Open Swim Stars  (qui cette année propose des 10km), l’Eurasia Swim cup ou OceanMan, il n’est pas rare qu’ayant choisi le plus longue distance possible, ce qui rime avec 10km, car le 25km est absent des tablettes à mon grand regret (sauf au championnats de France élite), il n’est pas rare que des nageurs participant régulièrement à des 5km viennent me questionner à propos de la distance marathon.

La grande majorité doute de la faisabilité et bien souvent ne s’inscrit même pas à des combinés sur un ou deux jours (par exemple un 5km le samedi et un 2km le dimanche matin) pensant ne pas avoir les bras.

Alors certes les 10km ne sont pas légions mais on en trouve tout de même un peu partout en France, mais pas en mer malheureusement, et, si parfois il est nécessaire de pouvoir terminer dans un temps limite (3h) voire de justifier d’un chrono sur la distance dans l’année, bien des 10km sont en fait ouverts à tous mais ne font pourtant pas recette, du fait j’en suis sûr que la distance effraie.

Il s’agit techniquement d’un marathon en eau libre (4km en courant=1km en nageant) et lorsque l’on voit l’engouement pour les courses de 42km partout dans le monde, les nageurs du dimanche devraient rêver de se lancer un jour sur un 10km. La réalité est toute autre, cette discipline qui pourtant connait un essor non négligeable notamment grâce à des franchises qui permettent de nager au coeur des villes ou à des épreuves mythiques (défi Monte Cristo) fait encore peur à bien des pratiquants qui avec un niveau d’entrainement équivalent en course à pieds feraient le marathon de Paris un jour ou l’autre après avoir validé un ou deux semi (notre 5km en eau libre).

Il y a une frontière que de trop nombreux nageurs n’osent pas franchir alors même qu’il n’est pas impossible de nager 3h (soit 1’47 au 100m parfois en combinaison Néoprène) avec des ravitaillements, lorsque l’on nage 3 à 4 fois par semaine en club ou en solo des sessions de 1 h à 1h30.

Ce blog, s’il doit avoir une vocation est bien celle de donner envie, et quelques ressources, afin que des lecteurs/nageurs se lancent sur des épreuves atypiques ou qui leurs semblaient hors de portée. Pour cela voilà quelques clés pour réussir son premier longue distance sans exploser en route ni lors de la compétition ni lors de l’entrainement.

thamesMarathon-600x435

Tout d’abord évaluer son niveau de nage de manière un temps soit peu honnête, avec un vrai chrono sur 500m et un oeil extérieur pour se donner une idée des points à travailler et des vitesses que l’on devra viser au fur et à mesure de l’année. Mais que pour enchainer les sessions et les kilomètres il ne faudra pas se blesser non plus et donc avoir un style le plus correct possible.

Il faudra aussi s’y prendre suffisamment à l’avance, le fait que je poste ce billet en début d’année laisse entendre qu’il faudra 5 à 6 mois pour se préparer sans se cramer ou se dégouter en cours de route, car oui, il y aura une hausse du volume ou une hausse de l’intensité parfois.

Une fois muni d’un chrono de référence sur 100m et sur 500m (ou 400m pour ceux et celles qui nageraient à presque 2’ au 100m car on vise un effort de 7 à 8 minutes) il faudra calculer votre indice de déperdition à savoir, le coefficient multiplicateur entre votre temps sur 100 et sur 500m qui doit se situer aussi proche que possible de 1.06 pour les meilleurs.

Vous voyez que je ne parle pas de chronos impossibles à atteindre sur 100m mais d’un temps sur 500m qui soit assez proche en moyenne par 100m du 100m de référence en sprint. Le tout n’est pas forcément d’être rapide mais plutôt constant et endurant.

Prenons l’exemple d’un nageur ayant réalisé un 100m en 1’20 et qui mettra 7’46 sur le 500m soit un indice de 1.09 s’il avait pu tenir un indice de 1.06 il aurait terminé en 7’21, ce qui semble être son meilleur temps possible.

Attention à ne pas avoir, quelque soit son temps de base, un indice trop élevé qui serait synonyme de grand ralentissement plus la distance s’allonge et donc d’un 10km vraiment trop dur à finir. Attention aussi à bien prendre en compte deux notions importantes celle de la relance au virage qui avec une très bonne culbute vient un peu fausser le résultat d’un nageur qui sera peut être un peu plus lent en eau libre, ou, à l’inverse, un nageur virant moins aisément qui sera peut être favorisé en ligne droite pour une même distance (et je ne parle pas ici de la navigation, de l’eau salée ou pas, ou de la combinaison qui viennent perturber le nageur le jour J).

Mais l’exemple précédent n’étant peut être pas à la portée de tous je maintiens mon propos un nageur faisant 1’35 au 100m ou plus à condition qu’il soit capable de maintenir une grand partie de cette vitesse de pointe sur 500m et obtenir ainsi un indice assez réduit 1.10 au maximum pourra se lancer sur le marathon en suivant quelques règles utiles jusqu’au jour J, disons dans 4 à 6 mois.

Marathon Swimming - Olympics: Day 10

RIO DE JANEIRO, BRAZIL – AUGUST 15: The competitors swim in the Women’s 10km Marathon Swimming on day 10 of the Rio 2016 Olympic Games at Fort Copacabana on August 15, 2016 in Rio de Janeiro, Brazil. (Photo by Clive Rose/Getty Images)

D’abord, en divisant la période d’entrainement restant en 3 grandes sections :

La première consacrée à la technique (quoi que cela soit être une constante) et à l’endurance.

La deuxième à la vitesse sur des fractionnés un peu plus long à chaque fois.

Et la troisième à la cadence (le rythme de course).

En jouant sur des sessions qui vont travailler les points faibles notre nageur ayant fait 3 à 4 séances par semaine, dont une un peu plus longue parfois (ou deux sessions dans la journée quand c’est possible) sera prêt le jour de son marathon. Il faudra aussi alterner des éducatifs, de la vitesse notamment pour rompre les volumes importants tout en pratiquant les 4 nages et, le tour sera joué. Car il est important de ne pas chercher à nager 10km à chaque session mais à mieux nager, plus vite et plus longtemps et là les éducatifs et les autres nages sont de précieux atouts.

Avec un volume de 15 km et plus par semaine en moyenne un nageur qui travaillera ses points faibles et notamment la partie eau libre si cela lui pose problème (navigation, aisance dans le milieu naturel…) sera en capacité de finir correctement son premier 10km aidé le jour j par un ravitailleur qui lui tendra une perche et de précieux conseils pour le garder hydraté et motivé. Je reviendrai vite sur la partie hydratation et nutrition pour le 10km car là aussi il y a des erreurs à éviter.

En espérant que l’on soit plus nombreux encore aux départs des 10km cette saison, le premier pour moi aura lieu en mars pour bien attaquer la saison.

Le bilan d’une saison 2017

Le mois d’octobre ne marque pas seulement la fin de saison d’eau libre 2017 mais aussi le lancement de celle de 2018, preuve en est que l’eau libre à au moins une année d’avance, ceci dit il est temps de faire un bilan de cette année de compétitions et de rencontres, de voyages et d’entrainement.

Mon objectif était au départ de participer à 10 étapes de la coupe de France, et d’aller au Championnats du Monde Masters à Balatonfured, de faire la traversée de la baie de Saint Jean de Luz et pourquoi pas une course en Grèce, la traversée du canal de Corinthe.

D’un point de vue comptable la coupe de France s’est bien passée je termine avec 810 points 5ème au classement masters 1, mais avec seulement 4 compétitions au compteur. Les raisons sont multiples et laissent certains regrets notamment sur le classement final mais aussi sur l’avenir de la discipline.

Pour des raisons professionnelles je n’ai pas pu me libérer pour enchainer Dijon (un 7.5km qui me tentait bien), Paris la Fluctuat le lendemain (un 5km en boucle dans le bassin de la Villette et un 1.5km juste après) et enfin Jablines une semaine plus tard (le 5 et le 10km), pour clôturer la saison et jouer un podium éventuel.

IMG_0579

Mais ma plus grosse frustration ne fut pas ce voyage que je dû annuler mais le 10km programmé au Lac de Saint Pardoux en Juillet le lendemain d’un 5km qui s’était bien passé. L’organisation ayant décidé d’avancer de 3h30 le départ de la course sans prévenir l’ensemble des nageurs. Dans cet entre soi plus de 33% des nageurs inscrits le dimanche ne prendront pas le départ et certains comme moi arriveront sur site avant l’heure officielle pour constater que le 5km se terminait. Beaucoup d’aigreur et pas mal de points ratés à cette occasion.

Le reste des épreuves fut par contre à l’opposé de cette mauvaise expérience, à rouen chez les vikings un 10km où j’arrive sans ravitailleur ni perche et où l’organisation me trouve une charmante bénévole Marine que je remercie encore, je termine 2ème masters. À Compiègne la veille où je termine premier masters du 10km loin derrière les fusées qui me mettent un tour et dont j’appréhende  le retour après 5km,. Voilà un sport où une adolescente de 15 ans peut remettre à sa place un nageur de 40 ans et plus qui finira malgré tout très satisfait de sa course, l’ego n’en prend même pas un cout tellement ce sport est dur et beau à la fois.

IMG_0658

Enfin j’irai finir ma saison plus tôt que prévu à Annecy sur le 5km dans une très belle ambiance avec l’ambition de revenir sur le 10 km l’an prochain tellement ce lac est beau et l’organisation parfaite.

Autant tirer les choses positives ces manches de la coupe de France ont plusieurs avantages, la convivialité d’abord et le prix abordable. Il est facile de s’y inscrire et dans la plupart du temps l’organisation est très bonne. Mais il reste des choses à faire pour sortir cette discipline de l’entre soi dont je me plaignais à propos de Saint Pardoux et pour l’ouvrir à un plus large public qui venant du triathlon ou de la nage en piscine sans être membre d’un club, ce qui permettrait d’avoir des épreuves encore plus fournies et ainsi donner un peu plus de challenge et de signification à des classements et à des points parfois « injustement » gagnés.

Je m’explique car si je suis compétiteur je reste aussi très humble sur mon propre niveau et sur ma valeur en tant que nageur, je termine 5ème de ma catégorie et 55ème homme au général, pourtant je ne fais que 4 courses et je si je termine sur des podiums dans ma catégorie c’est aussi et surtout faute de combattants.

Je marque donc en m’inscrivant sur des 10km beaucoup de points car au lieu de distribuer ceux-ci en fonction du nombre de participants, la répartition se fait sur une base qui reste toujours la même et donc on peut vite marquer 200 points en terminant dernier ce qui parait tout de même un peu ironique. À force on connait les nageurs de bon niveau et on évalue sa performance en fonction du temps mis par ceux-là mais le classement général est un peu faussé à mon avantage certes mais une dotation plus respectueuse du différentiel et surtout du nombre de nageurs permettrait de mieux s’évaluer sur chaque course et en fin de saison.

Pour l’anecdote en terminant la traversée de la baie de Saint Jean de Luz à la 15ème place à plus de 3 minutes derrière le vainqueur pour seulement 1800m et un peu plus, ou 33ème du Lac d’Annecy en 1h15 je me dis que certes toutes les épreuves ne se valent pas et rien ne sera jamais parfait mais que l’on pourrait imaginer un calcul plus juste pour étalonner les résultats et valoriser les progrès ou la régularité plutôt que le classement général qui ne signifie pas grand chose.

Aux Championnats du Monde en Hongrie, nos amis de la Fina ont tenté de renouveler ma mésaventure de Saint Pardoux à savoir avancer de 24 heures le départ de ma vague, mais d’informations en contre information j’ai bel et bien nagé au moment prévu dans une eau chaude, trouble et avec un fort vent et des vagues sur plus des deux tiers du parcours. Nous étions 96 nageurs dans ma catégorie et divisés en 2 vagues de 48 nageurs. Je nage en 3ème position toute la course jusqu’à l’avant dernière bouée où 3nageurs me passent comme les fusées souvent encore mineures des coupe de France. J’ai surement trop donné dans la ligne droite face aux vagues, on ne se refait pas quand on vient du Pays Basque, l’envie de passer la barre…

IMG_0684

Je finis quasiment au maximum à vouloir les rattraper et suis donc 6ème de cette manche. Pourtant la seconde manche va nager beaucoup plus vite car 19 nageurs vont faire un chrono plus rapide que le mien. 25ème au final sans regret aucun mais une question, si tout le monde était parti ensemble n’aurais pas tenté de me placer mieux et de gérer ma course différement, ou bien aurais je subi ce classement? Sachant que je nage plus de 1500m seul à guider mes adversaires dans les vagues ceux là même qui vont me doubler peu avant la fin.

On peut toujours refaire une course, mais je crois que j’aime les batailles et les départs en masse, le bazar et les conditions dures, que j’aime me confronter à des nageurs plus forts que moi et surtout pas marquer des points que je sens pas vraiment mérités.

Je n’étais pas en Grèce non plus pour la canal de Corinthe (que Jacques Tuset va faire et terminer en 5ème position en rattrapant pas mal de monde face au courant qui vient de s’inverser quand sa vague prend le départ et malgré des méduses) car le changement d’organisateurs, de nom et le manque d’info ne me rassuraient pas pour bloquer encore 3 ou 4 jours pour une course certes pas très loin du Liban mais qui longtemps a semblé une arlésienne. Pour élargir la base des nageurs et sortir du niveau local il faut une communication et une organisation à l’écoute, réactive et qui donne en temps réel un maximum d’informations.

C’est déjà le moment d’attaquer la saison 2018 et ce sera pour moi à Martigues j’espère en maillot (voilà l’objet d’un autre débat) pour un 5km et un 1.5 km dans la foulée et j’espère encore de belles rencontres car ce fut bien le plus important pour moi cette année le plaisir de retrouver des nageurs et nageuses d’horizons différents et de partager avec eux de bons moments en eau libre.

Merci spécialement à Fred Madec qui m’a accompagné à Balatonfured et qui termine à la 23ème place, et à Bernard-Pierre que je retrouverai cette saison 2018 avec un grand plaisir…

La nutrition en distance « marathon »

Ne soyez pas étonné que j’utilise ici le terme de marathon car je me base sur l’équivalence d’effort entre la natation et la course à pied en me basant sur le ratio de 1 pour 4 qui transforme donc un 10km en natation eau libre en un effort équivalent à un marathon (ou presque) en course à pied. Bien sur l’analyse ci dessous doit s’adapter au fur et à mesure que l’on entre dans l’ultra distance pour nager (ou courir) 25km ou plus encore lors d’une traversée et se pose alors la question, nager 25km équivaut il toujours à courir 100km?

Mais notre point de vue aujourd’hui et de préparer un 10km voire un enchainement, en 24h de deux épreuves de 10km à la nage comme cela va se passer sur 2 épreuves de coupe de France cet été pour votre serviteur. Il faudra fini vite et pouvoir nager les deux épreuves en ayant bien récupéré et donc en restant bien hydraté.

Pour un nageur qui maitrise le 5km et qui désire passer à une distance plus longue il est facile de trouver une épreuve de 10km distance olympique oblige les organisateurs ont tendance à homogénéiser leurs distances alors que le calendrier Fina proposait encore il y a peu des épreuves bien plus longues. Mais plaçons nous dans le cas d’un athlète qui nage correctement un 5km et arrive moins de 30 minutes après les premiers, soit en moins de 1h25.

19366461_1395130967238844_6243939505127786244_n

Les ravitaillements apparaissant seulement pour les épreuves de plus de 5km il va falloir aussi appréhender ce nouvel enjeu pour réussir à doubler la distance sans s’effondrer en terme de vitesse. Pour cela une stratégie de nutrition est nécessaire. Il s’agit de boire ou de manger depuis un bateau ou un ponton où on tend ou jette au nageur de quoi se sustenter sans que celui-ci ne prenne appui sur quoi que ce soit durant cette phase, il reste dans l’eau et se maintien à la force des jambes à la surface.

Se pose pour le nageur (ou la nageuse) plusieurs séries de problèmes à prendre en compte :

1/La fréquence de ravitaillement, doit il compter sur le seul approvisionnement de l’organisation ou doit il emporter des vivres?

2/La composition des dits ravitaillements : l’athlète doit il privilégier des gels, du solide ou du liquide uniquement, se satisfaire d’eau pure ou d’une boisson énergétique, doit il favoriser un apport en sel et en vitamines?

3/La quantité de liquide, ou de solide, à chaque prise selon quelle base l’athlète doit il prévoir ce qu’il peut ingérer en terme de quantité chaque heure de course en fonction de son gabarit mais aussi des conditions de course. Quelle est l’influence de la température extérieure lors d’une course d’endurance?

4/Enfin la prise d’antidouleur au cours de la traversée est elle une pratique envisageable d’un point de vue éthique, cette question ne me serait pas venue à l’esprit si la composition des boissons des nageurs de certains forums spécialisés ne contenait pas régulièrement de l’ibuprofène.

eau_libre5

Voilà les différents aspects que nous allons survoler ici afin d’apporter quelques éclairages sur des principes de base qui devront s’adapter au cas particulier de chacun bien entendu, la taille et la masse de l’athlète étant un critère déterminant.

Premier point pourquoi se ravitailler?

Cela peut paraitre évident mais je suis sûr que beaucoup ont du se sentir capable de nager plus de 5km ou donc de nager plus de 20km sans boire ou manger. Pour autant lorsque l’on parle de performance et donc d’une allure qui permet de boucler cette distance marathon en moins de 3 heures il faudra en passer par une nutrition étudiée et maitrisée.

Car la dépense calorique en natation (comme ne course à pied) va être importante mais impossible à chiffrer d’un point de vue absolu, partons du profil suivant, plutôt un nageur pour l’occasion, 1m90 pour 85kg  qui consommera plus de 800 calories à nager 5000m en un peu plus d’une heure.

Or ce corps s’il abrite un bon nombre de calories ne dispose que d’une réserve limitée de glucides qu’il pourra utiliser au cours d’un effort long, entre 1700 et 2000 calories stockées dans les muscles ou le foie.

Pour autant l’énergie stockée, disons ici autour de 1900 calories, ne sera pas assez élevée si l’effort se prolonge dans notre cas au delà de 2h30 de nage ou de course intense, il faut donc compenser par un apport calorique régulier.

Problème, les règles sont les suivantes il est très difficile d’aller à l’encontre de la physique soit1gm/kg/heure soit 340 calories pour nos 85kg et guère plus de 800-1000ml de liquide par heure (notre prototype mesure 1m90 il peut donc dépasser les 600 ou 800ml de liquide à l’heure auxquels peuvent se limiter les plus petits gabarits) ce qui est un point important car la seule chose dont le corps ne pourra se passer c’est de l’eau en plus de cet apport en glucides.

Si chaque heure nous brulons presque 800 calories (peut être plus si l’eau est froide) et qu’il n’est possible d’ingérer que 350 calories par heure on ne fait que repousser le moment où le corps devra aller chercher de l’énergie ailleurs, dans le gras précisément. le processus en question fonctionne grâce à l’insuline, la même qui régule le taus de sucres dans le sang et qui stocke les sucres non brulés dans les cellules adipocytes.  Mais le destockage en question est un processus actif plus compliqué qui ne se fatigue sous la contrainte d’une activité physique.

Alors la règle semble s’établir d’elle même il faut ingurgiter du liquide et du sucre (je reviendrai plus tard sur la composition de la partie sucrée) assez régulièrement et ne pas oublier le sel que l’on perd dans la transpiration et qui malgré sa présence dans le milieu marin dans lequel on évolue et qui s’il irrite le cou et les bras ne vient malheureusement pas compenser les pertes.

Boire de l’eau pure seule sera inutile pour ce qui est de l’apport en calorie mais également d’un point de vue de l’hydratation car elle sera très vite digérée et évacuée dans les urines. Vient ensuite le problème des troubles digestifs, un peu comme en course à pied où l’estomac, et les autres organes, est abandonné, sur ordre du cerveau, par le sang qui se dirige vers la surface de la peau pour se rafraichir et qui se fait balancer de gauche à droite à chaque foulée, en natation il se retrouve à l’horizontale à être balloté par la houle qui n’est pas une position plus confortable.

0019b91ed6e0191e5f2604

Voilà pourquoi il faut aussi arrêter de manger suffisamment tôt sur le vélo lors d’un ultra longue en triathlon pour permettre au corps de débuter la digestion du solide ingéré lors des 180 km, pour ne pas souffrir de crampes d’estomac lors du marathon. Mais ici notre nageur prépare un « simple » marathon donc un effort tout à fait assimilable sans avoir à manger solide. Qu’en est il des gels qui peuvent paraitre se situer à cheval entre les deux mondes, sont pratiques à emporter et « garantissent » un apport nutritif « idéal ».

Parfois on les associe aussi à des nausées ou à un mal de ventre. Lorsque les gels sont souvent montrés du doigts il est pourtant plus à craindre que ce soit le manque d’habitude qui soit responsable du malaise. Pour autant ils ne sont pas à l’abri de toutes critiques car cette solution ni vraiment solide, ni liquide, est en fait rarement bien dosée en terme d’apports nutritifs. Je renvoie ici à une étude assez sérieuse de Nicolas Aubineau sur la composition des gels qui montre malheureusement le manque de vitamines et de minéraux notamment. Je rappelle aussi le prix au kg de ces petits paquets de plastiques facile à stocker et encore plus à jeter en plein milieu de l’océan qui reste un argument de poids pour se tourner vers une nutrition liquide et qui accompagnée de 60 à 90g de glucoses chaque heure parait être la meilleure solution.

Résumons donc notre stratégie, pour une épreuve de type marathon, pour un athlète désirant finir à une allure correcte, celui-ci pourra boire uniquement  au moins 600ml par heure contenant 60g de glucose au minimum pour garder un maximum d’énergie. Dans le cas d’un 10km en eau libre et donc d’une épreuve de moins de 3 heures il faudra surtout combler une petite déshydratation et envoyer un message positif au cerveau et aux muscles en ingérant du liquide au même dosage, afin de conserver une vitesse plus rapide surement autour de 85% de sa vitesse maximum tout au long de l’épreuve parfois plus de 90%. Une fois de plus la rapidité d’ingestion du liquide ici favorisera un arrêt court. On peut aussi préférer son propre rythme de nutrition en emportant avec soit un petit paquet souple du type de celui qui contient de la compote liquide qu’on aura rempli d’eau sucrée par exemple pour avoir un ravitaillement personnel.

Au delà de cette distance marathon on pourra envoyer quelques aliments solides du type banane ou barres de céréales afin d’équilibrer encore mieux les apports nutritifs tout au long d’un effort qui se fait à une intensité plus basse mais qui peut durer 10 ou 15 heures qui nécessite de traverser une journée et une partie de la nuit à batailler contre les éléments et contre soi même.

Il est évident que la douleur sera présente lors d’un tel événement et que l’on est jamais préparé à tout ce que l’on va faire subir à son corps le jour j sans compter que l’on a déjà largement parfois dépassé la dose lors de l’entrainement. Si l’accumulation des kilomètres parait nécessaire ça n’est pas non plus un but en soit et on peut toujours privilégier la qualité des entrainements notamment en les diversifiant (vélo plutôt que course à pied par exemple) afin de préserver son capital et de ne pas arriver avec les articulations détruites le jour du défi ou de la course.

Dès lors doit on accepter de prendre des antidouleurs lors d’une épreuve, n’étant pas un fanatique de cette méthode en temps normal et privilégiant d’écouter mon corps pour mieux arriver à guérir je m’inscrirai plutôt contre cette pratique, la douleur mentale ou physique faisant partie du jeu et le reste n’étant qu’assistance médicale et donc assimilable à du dopage.

Éduquez donc votre corps intelligemment lors des entrainements, préparez votre stratégie de nutrition et connaissez vos allures et vos limites, privilégiez l’hydratation pour éviter tout mur auquel on ne pourra faire face après plusieurs heures d’effort et n’allez pas contre les règles de la chimie et de la physique.

Un point sur les combinaisons néoprène et sur la réglementation.

Alors que la saison d’eau libre se lance, par exemple aux championnats de France demain à Gravelines, sur les réseaux sociaux les meilleurs publient des photos d’eux en combinaison, une manière de promouvoir le sponsor mais aussi de dire que l’eau est fraiche et qu’ils nageront surement avec le lendemain pour l’épreuve du 10km.

Je ne trancherai pas ici la question épineuse de savoir si la nage avec combinaison reste de l’eau libre, ce serait comme demander si l’oxygène est autorisé en haute montagne lors d’une course ou d’aller enquêter sur le drafting en triathlon en vélo ou lors de la tentative d’un équipementier de faire battre le record du marathon et la barre des 2 heures grâce à une tesla ouvrant la route à quelques mètres du coureur.

Disons le tout net, en hiver en mer je nage en combinaison néoprène en Atlantique et en Méditerranée pour l’entrainement et la longue distance. Pour autant la combinaison doit-elle être portée en compétition j’avoue que je suis moins tenté de m’inscrire à une épreuve qui risque de l’imposer. La pire des situations restant à mes yeux la tranche de température laissant la faculté de la mettre ou pas et qui donc lance les nageurs sur un pied d’inégalité. J’ai fait une ou deux épreuves dans de telles conditions, notamment Swim the Island en Italie qui reste une course magnifique mais j’étais un des rares en maillot alors que l’eau était au dessus des 20°C (en octobre en Italie sous le soleil). En terminant les 6km à la force des bras sans ravitaillement j’ai trouvé des nageurs beaucoup plus frais que moi à l’arrivée qui m’avouaient avoir nagé bien plus vite que d’habitude.

Capture d_écran 2017-05-31 à 16.13.10

L’attirail complet pour nager dans le canal à 7°C, chaussons obligatoires

Mais  quand on dit combinaison de quoi parle t-on exactement?

D’un vêtement d’une pièce composé de néoprène yamamoto (une fabrication japonaise qui permet à la matière de proposer une bonne floraison et parfois une épaisseur très fine pour ne pas gêner les mouvements de bras). La différence essentielle avec les combinaison de surf est que nous avons besoin autant de nous protéger du froid que d’être capable de tourner les bras sur 5km et plus quand les surfer ne crawlent mais rament et préfèrent avoir chaud et flotter le plus possible pour remonter à la surface après une chute.

Le néoprène® est une marque déposée par Dupont de Nemours datant des années 30 qui constitue une famille de caoutchouc synthétique.

Il existe 3 variations de ce néoprène bien plus cher que le classique utilisé pour le surf, que l’on appelle 38, 39 et 40, et qui décline l’essentiel de la gamme. À savoir une entrée de gamme (38) qui flotte beaucoup et qui présente peu de souplesse, un 39 qui associe flottaison et un plus grand étirement des matériaux donc plus de souplesse aux épaules, et enfin un 40 haut de gamme très fins mais très sensible et fragile aussi, attention aux coupures.

L’ensemble ne doit pas dépasser 3 à 5mm selon les endroits (5mm sur les jambes parfois c’est beaucoup pour qui sait déjà flotter) et ne pas déborder sur les pieds et les mains. Mais qui voudrait nager avec des chaussons de surf en néoprène, autant j’aime cela en surf autant ma dernière tentative lors des Neptune Steps dans l’eau à 7°C de Glasgow m’a rappelé que les sensations d’appuis sont tout de même essentielles à la nage.

Capture d_écran 2017-05-31 à 16.14.49

Paris à la nage 2016, les libanais souffrent du froid et en bons triathlètes partent en combi.

Mais alors que choisir si on nage en eau libre?

Les fédérations ont, semble t-il, tranchées et le moins que l’on puisse dire c’est que selon les maisons les règlements sont bien différents, un vrai choc de culture.

Débutons avec ceux qui semblent ne savoir nager qu’avec une combinaison voire un pull buoy entre les jambes vous aurez reconnu les triathlètes et les swimrunners (pour ces derniers je ne connais pas le règlement mais voyant des photos de types avec des plaquettes et des pull buoys dans des lacs je préfère ne pas savoir). Ici encore pas un seul règlement car les fédérations sont souvent supplantées par des sociétés privées (IronMan® ou Challenge®) qui imposent leurs point de vue pour faire plaisir à des fabricants en autorisant le speedsuit sur la trifonction quand c’est interdit par la FFTri entrainant de nombreuses disqualifications comme à Vichy l’an dernier.

En règle général 24°C est la barre au dessus de laquelle les triathlètes découvrent l’eau libre sans néoprène, ça reste possible de nager sans jusqu’à 16°C mais obligatoire ente 12 et 16°C en dessous a priori en France pas de nage autorisé.

IMG_2176

Une belle épreuve à armes inégales sponsorisé par Jaked mais j’étais le seul à porter leurs couleurs (labellisé Fina)

Malheureusement en triathlon, la natation est à double titre le parent pauvre du triple effort, déjà la distance est proportionnellement aux autres disciplines bien plus réduite (on notera qu’il existe des compétitions peu connues où les proportions sont égales) ensuite en cas de « mauvais temps » on annule le départ dans l’eau ou on transforme l’épreuve ne duathlon (course, vélo, course). IronMan® a déjà quasiment annulé le départ de masse pour un départ par vague qui fait qu’on ne comprend plus rien à son propre classement en cours de route mais ne transforme pas pour autant son épreuve en duathlon.

Demandez à un décathlonien s’il souhaite retirer une épreuve au programme de son week end et vous aurez ma tête lorsque j’ai vu Bahrein annuler la natation alors que le vent (oui vous savez cet élément qui soufflerait trop fort pour nager mais pas assez pour rouler en vélo?) et la mer à 25°C proposaient des conditions tout à fait convenables. Ici la piste locale (absence quasi totale de culture de la nage en mer, la côte est à 95% privée et l’accès à la mer ne se fait que sur un plage au sud de la capitale, et la formule magique de IronMan® (50% de débutants et 80% de finishers) empêchèrent aux athlètes de pratiquer leurs sports.

C’est grâce au Triathlon que la combinaison de nage s’est réellement développée et qu’aujourd’hui on trouve des produits vraiment souple et bien adapté, mais c’est aussi grâce au triathlon que de nombreuses personnes viennent à l’eau libre notamment lors d’épreuves comme Paris à la Nage ou Swim the Island dont j’ai déjà parlé (plus de 1000 nageurs tout de même cette année à Paris le 17 et 18 juin prochain). Donc cessons là les remontrances et rappelons aussi que ltraithlon se nage en eau parfois très chaude (sans combinaison) et que je ne connais pas le plafond maximal autorisé, quand il est de 31°C pour toutes les fédérations de nage notamment pour ce qui est de la compétition, car l’eau chaude est en fait plus dangereuse que l’eau froide mais c’est un autre débat.

IMG_2192 (1)

Swim the Island 2016 une initiation à l’eau libre pour de nombreux triathlètes, une très belle épreuve italienne.

Passons donc à l’eau très froide et à ceux et celles qui aiment cela et qui nage en maillot  jusqu’à 0°C à savoir le winter et ice swimming qui propose des distances allant jusqu’à 1000m (voire un mile) en maillot de bain. Ici l’ambiance est à la tronçonneuse pour ouvrir un rectangle dans la glace, ensuite l’essentiel est de résister au froid je vous laisse y penser pour vous rafraichir, j’ai envie de m’y mettre mais je ne sais pas pourquoi ce la reste un objectif un peu confus…

Pour les français qui souhaitent nager en eau libre sous l’égide de la Fina, ou de la FFN la combinaison sera obligatoire au dessous de 18°C (soit 2°C de plus qu’en triathlon) mais optionnelle pour la Fina ou en Coupe de France jusqu’à 20°C sauf en Championnats de France comme ce sera le cas à Gravelins ce week end. Vous avez suivi parce que si c’était trop facile il faut aussi parler des températures minimales qui sont de 16°C pour la Fina alors qu’on descend à 14°C en combinaison pour la FFN (12°C pour le triathlon).

Bref un bon bazar auquel il va falloir rajouter le type de combinaison agréée ou pas par la Fina, et là l’étude est en cours auprès d’un laboratoire de l’EPFL (école polytechnique féminine de Lausanne) et la liste ne sera connue qu’en fin d’année 2017 et valable pour la seule année 2018. Donc si vous pourriez nager ce week end avec une combinaison qui ne sera pas validée pour le reste des épreuves en 2018. Cette validation est aussi valable pour les combinaisons tissu dédiées à l’eau libre qui ne sont pas autorisée en bassin. Là aussi entre ces modèles que je porte bien volontiers et le simple maillot de bain il peut y avoir une différence en terme de glisse, et je ne parle pas d’un nageur en slip de bain pas rasé de près.

Pour faire simple il est bon de rappeler que le Marathon swimmers Federation propose une règle plus simple, un maillot le plus simple, un bonnet et des lunettes, bouchons d’oreilles ou pince nez, écran solaire et graisse rien de plus… là vous pouvez faire une traversée sans avoir besoin de connaitre la température elle sera fraiche mais tout le monde part à armes égales.