Hendaye-Saint Jean de Luz (récit d’une traversée amicale)

En ces temps de fronde contre la fédération, ses combinaisons et ses sacs banane il est bon de revenir aux sources, à savoir une bonne traversée, en pleine mer, chez soi entre amis. Récit d’une journée que l’on voudrait voir se réaliser plus souvent et qui je l’espère vous donnera envie d’aller nager.

L’origine du projet est assez simple, il n’existe pas de course (il en existe d’ailleurs trop peu au Pays Basque) ou de records à battre; mais une fois que l’on est juché sur la digue de l’Artha au milieu de la baie de Saint Jean de Luz cela raisonne en vous comme une évidence, rejoindre les falaises au sud vers Hendaye ou au nord vers Biarritz à la nage avec quelques copains devrait être un réel plaisir.

Et pour faire encore plus simple il se trouve que ce dimanche là j’étais sur la digue avec les copains en question à l’occasion de la nage dominicale du club crawl océan récemment fondé à Saint Jean de Luz et qui réunit des amoureux de l’eau libre. Nous étions partis de la grande plage et ce tour de la digue (compter approximativement 3000m) se faisait à chacun son rythme et les premiers sont donc montés sur la dite digue pour attendre les derniers mais surtout profiter de la vue sur l’Océan et le Pays Basque.

Il suffisait de prononcer ce voeu pour que la structure se mette en place, car on parle d’une sortie en pleine mer, dans la houle, avec une côte composée d’une belle falaise sur 8km au moins avant de pouvoir rentrer au calme dans la baie de Saint Jean de Luz. Il nous fallait un minimum de sécurité pour faire cette traversée, en oubliant vite l’aide d’un kayak ou d’un paddle qui dans la houle n’aurait pas pu aider confortablement les nageurs. Il nous fallait un bateau en escorte et alors qu’on était prêt à en louer un, une bonne âme s’est proposée pour nous assister. À ce stade il nous faut remercier Peyo qui se trouve être un cousin, qui possède à Ciboure un bateau traditionnel des années 1950, sans pont ni cabine avec un moteur central, et qui trouvait un après midi complet pour nous accompagner dans cette histoire.

IMG_6552

L’équipe sans qui rien n’aurait été possible.

Notre chef de traversée serait Pampo, le président du club de nage, sans qui le projet n’aurait pas pris forme, et mon épouse serait de la partie pour nous ravitailler. Une affaire de famille à laquelle il fallait rajouter votre serviteur qui avait proposé l’idée, Nicolas, nageur du club qui avait relevé le défi et pour remplacer le troisième nageur nous avons fait appel à Babette, une parisienne de passage au Pays Basque pour faire la traditionnelle traversée de la baie de Saint Jean de Luz le 14 juillet (une deuxième édition existe aussi le 15 Aout, 1800m+/- de Socao à la grande plage dans une très belle ambiance).

En effet je côtoie Babette sur les forums de nageurs.com où elle est surtout connue pour sa bonne humeur et pour avoir nagé la Manche en relais (bravo). Rajoutons à cela que je la croise ça et là sur des compétitions notamment à Bordeaux quelques jours plus tôt sur un 5km de coupe de France et la voilà intégrée immédiatement dans notre histoire.

36898678_382364708955305_1864090259722076160_n

Une nage matinale entre amis que l’on connaisse certains depuis 40 ans ou depuis peu grâce à un forum sur la natation le plaisir est toujours très grand de partager ces moments

Nous décidions d’aller au rythme du plus lent quelque soit celui-ci et d’arrêter collectivement si l’un des trois devait abandonner, Pampo veillant aux conditions de sécurité. Peyo lui décidé de nous faire plonger au large des Deux jumeaux en raison des hauts fonds (même si une prochaine fois nous espérons partir de la plage directement car il y aura une prochaine fois) et nous partions donc avec chacun une bouée orange à la ceinture en direction du sémaphore de Socoa bien visible malgré la houle assez présente. L’eau était chaude, les conditions atmosphériques parfaite et le courant devrait nous aider à rejoindre l’entrée de la baie sans problème.

photo_semaphore1

Le sémaphore de Socoa notre point à l’horizon qui nous servira de repère.

Le ravitaillement se ferait de manière réglementaire depuis le bateau sans s’y accrocher toutes les demies heures et pour ma part ayant prévu une sortie de 3 heures maximum il se composait d’eau et de jus de pomme mélangés à du sucre, et d’une compote de pomme si jamais les choses devaient durer un peu plus que prévu.

Pour faire simple les deux arrêts par heure de nage en avançant bien droit vers notre point d’arrivée (ou presque il reste encore un bon kilomètre une fois passé les digues) et légèrement poussé par le courant nous permettait de profiter du paysage et d’un moment pour faire un point et s’apercevoir que si les nageurs étaient en pleine forme c’était moins le cas de notre président qui souffrait dans cette mer agitée.

IMG_6608

Au départ de cette traversée, notre point d’arrivée se situe au loin sur la gauche de l’image.

Il nous fallait presque deux heures pour rejoindre le sémaphore de Socoa et le reste serait plus simple à conditions de bien passer la digue, il s’agit d’une zone bien plus agitée, et la proximité des rochers et de la côte créée un ressac qui n’aide pas à la progression. À condition aussi que la gendarmerie maritime ne s’en mêle pas car voilà 10 minutes qu’une patrouille franco-espagnole opère un contrôle de notre bateau escorte soupçonnait de pêcher du thon rouge.

Une fois entrée dans la baie il ne reste plus en se méfiant du trafic maritime rejoindre la plage de Ciboure et arrêter notre chronomètre après 2h40 d’une nage d’un peu plus de 8km faite de quelques allers-retours pour ne pas disperser le groupe et d’un sentiment d’une grande liberté. Le cadre et le contexte étaient magnifique, j’en profite pour embrasser mes compagnons du jour et remercier Peyo et Pampo pour cette très belle journée. Voilà donc un vrai récit d’eau libre sans chrono, sans règlement, sans Néoprène, mais pour autant avec une vraie sécurité.

PS : Bernard-Pierre tu es cordialement invité à une prochaine sortie.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s