Test de la combinaison Arena Powerskin carbon black

Il est toujours délicat de traiter de combinaison Néoprène sur un blog dédié à l’eau libre quand, pour les puristes il s’agit uniquement de nager en maillot et que ce fut même la règle jusqu’à récemment, mais que le grand public et que certains triathlètes ne jurent que par le Yamamoto pour faire 1900m dans une eau à 23°C. Je me permets de rappeler ici, que si la température de l’eau va effectivement entrainer une certaine hypothermie et que ce processus est propre à chacun, l’eau chaude et au moins aussi dangereuse. Au delà de 31°c les compétitions sont interdites car le corps ne pourra pas se rafraîchir et c’est important, il faut donc accepter d’avoir un peu froid au début et surtout de s’acclimater sur des périodes plus ou moins longues, dès lors, de ne pas partir avec une idée préconçue sur l’impossibilité pour son corps de s’adapter au frais voire au froid. Rappelez vous qu’il n’y a pas si longtemps des traversées longues et officielles se faisaient en maillot dans une eau à moins de 16°c. 

Mais revenons à nos combinaisons qui sont désormais imposées dès que la température (dont la méthode de captation n’est pas très claire) de l’eau se situe sous les 18°c mais sont déjà optionnelles sous les 20°c et qu’en triathlon on prend le risque de nager à 23.9°C avec un Néoprène sur le dos quand bien même l’air ambiant serait à plus de 30°c ce jour là. La différence air/eau est rarement traitée mais elle est aussi un facteur déterminant pour le choix de sa tenue le jour d’une course. 

Et concernant mon passif avec le Yamamoto j’ai eu l’occasion de nager depuis quelques années avec notamment des Aquaman, Zerod, Orca, Tyr, Zoot et autres depuis des années je pense savoir ce qu’il me faut pour ne pas trop souffrir dans l’eau avec un Yamamoto sur le dos. Ayant au programme de ma saison une étape en mer de 7.5km lors du défi quiberonnais où la combinaison est obligatoire, je proposais donc à Arena de tester leur combinaison et d’en faire un compte rendu ici le plus simplement possible. Je recevais la combinaison un jeudi de juin, et le samedi suivant, j’étais à Paris pour l’Open Swim stars où j’étais engagé sur le 10km puis le 2km le lendemain. Ce fut l’occasion de découvrir la Powerskin carbon black wetsuit  le nouveau modèle 2019 dans de l’eau douce.  Je précise donc que je n’ai aucun contrat avec Arena qui m’a prêté son modèle haut de gamme pour participer à quelques compétitions estivales et en faire un compte rendu sur ce blog que vous êtes nombreux à suivre. Vous pouvez retrouver le modèle ici :

Si j’avais le modèle noir intégral on voit bien la maillage en carbon sur cette image, cela facilite le gainage dans l’eau.

Première étape de quoi est elle constituée : 

Pour ce qui est de sa composition c’est du Yamamoto comme toutes les autres combinaisons de triathlon ou d’eau libre depuis des années, et dans le cas de de cette Arena vous n’aurez pas été insensible au terme de Carbon car c’est bien la matière qui lui a été ajouté par un maillage qui vient stabiliser le corps dans l’eau et surtout à mon sens le gainer. Ce gainage est essentiel pour aller vite (à la surface) mais droit également en alignant les pieds et la tête dans la bonne direction. Arena parle ici de Yamamoto Aerodome qui apporterait un maximum de flottabilité, et en cette matière je pouvais être un peu dubitatif car ce n’est pas ce que je cherche n’ayant pas naturellement les pieds qui coulent . Enfin les épaisseurs vont au maximum de 4.5mm sur le ventre et les jambes à 1.5mm sur les bras et les épaules en se limitant à 3mm sur le dos et l’arrière des jambes. Elle dispose d’un sytème de fermeture à glissière inversé  pas toujours facile à maitriser seul.

Mes points de référence en la matière : 

Des Yamamoto 39 et 40 de milieu et haut de gamme de marques de natation ou de triathlon qui proposent des modèles allant de 400 à 750€. Ma préférée étant la Orca Alpha car elle sa coupe ne descend pas trop sur les jambes ou les bras et que les épaules sont fines, extrêmement fine avec seulement 0.88m, mais dans une matière finalement peu extensible. En contre partie, la combinaison n’est pas chaude mais reste tout de même très fragile j’ai du la recoller à de nombreux endroits… Par ailleurs si les Zerod et Tyr se mettaient sans problème, la Orca ne glissait pas aussi bien dans un sens ou dans l’autre ce qui contribue aussi à l’abimer notamment en compétition de triathlon lorsque l’on est en mode transition 1. 

L’intérieur, les coutures, les collages et notamment cette matière finalement facile à enfiler.

Choix de la taille et enfilage : 

J’ai chois une taille L, donc a priori plus petite que celle à laquelle je pouvais prétendre, l’objectif étant de retrouver cette absence de tissu sur les chevilles et de bien dégager l’avant bras pour plus de sensations. Ici la black carbon s’enfile sans frottements et sans retenue elle glisse, une fois fermé le zip inversé (pas facile à faire seul toutefois car la protection de la glissière vient souvent se faire mordre) on est bien gainé et pas serré. Pour mes 1m90 et 85kg elle est parfaitement taillée.

Les points sensibles : 

Ils sont souvent nombreux, il y a d’abord le changement de la position dans l’eau à cause de le propension à faire trop flotter les jambes et donc d’induire un mal de dos et un manque d’efficacité des pieds qui ont tendance à ressortir de l’eau dans un battement que l’on ne sent plus. Ici je ne souffre pas de cette remontée des pieds à la surface c’était déjà le cas avec la Orca, mais cette dernière parfois me grattait ou me frottait au niveau du cou. Ici on aborde le point noir du Yamamoto, le côté obscur quand le lundi matin votre nuque est marqué pour quelques semaines par des brulures à la base du cou ou plus haut presque dans les cheveux. En réalité nous avons ici deux problèmes courants sur la plupart des designs de combinaison qui ne peuvent empêcher que le néoprène viennent en contact avec la peau et à chaque rotation de la tête lors de la respiration notamment dans un élément salé, viennent brûler l’épiderme doucement mais surement. Enfin une autre gêne pouvant survenir à l’endroit même de la fermeture éclair et du Velcro qui se rabat dessus qui peut avoir tendance à venir en contact avec l’épiderme entrainant des rougeurs ou plus ou un simple désagrément lors de la nage.

Après 25km en eau libre la combinaison n’a pas souffert et mon cou non plus, deux points importants dans le choix d’une néoprène.

Voilà donc pourquoi je préfère toujours nager en maillot afin de ressentir mieux l’eau et les appuis, ne pas souffrir de brulures, ne pas avoir une nage moins naturelle et éventuellement un mal aux lombaires. 

Autant dire que je ne pars pas convaincu du bienfait des néoprènes ni sur le fond ni sur la forme. Pour autant il m’arrive de faire des kilomètres en hiver avec en eau froide ou simplement un matin sous la pluie quand j’ai froid ou que je nage seul pour optimiser ma sécurité ou que je nage avec des nageurs plus lents que je vais devoir attendre voire assurer leur sécurité. Je ne suis pas hostile à l’objet en soi s’il était confortable, pas trop cher et durable (je pourrais rajouter écologique). C’est un vêtement technique pratique mais dont l’utilisation en compétition devrait faire l’objet d’une révision.

Les premières sensations :

Dès le premier essayage la Black Carbon d’Arena va se révéler être bien différente de ces expériences passées. Je pensais trouver une combinaison souple certes mais pas aussi confortable aux épaules que ma Orca Alpha qui affichait 0,62mm moins de matériel à ce niveau. À peine enfilée et déjà parti pour un 10km que je bouclerais en 2h24 soit une 7ème position sur une centaine de nageurs, je me sens immédiatement bien, malgré quelques pertes de sensations sur les appuis des bras la combinaison va me propulser comme le lendemain sur le 2km parmi les meilleurs nageurs en me faisant gagner de précieuses secondes au 100m. 

Se sentir frais après plus de 7km dans l’eau fraiche et pouvoir courir facilement pour rejoindre l’arrivée avec le sentiment d’une mission bien accomplie

Concernant la souplesse des bras et la sensation d’appui je rappelle que les combinaison sans manche ne sont pas homologuées en compétition, il faut donc obligatoirement en nage en eau libre disposer d’une intégrale complète. Mais revenons à notre Arena, pour laquelle je n’avais mis aucune « protection » autour du cou pour ce premier test en eau douce et où aucun désagrément n’est apparu sur ces 12km dans le canal de l’Ourcq.  Ni tour de cou en silicone ni vaseline ou autre graisse ça pouvait être délicat mais en enfilant la combinaison je sentais que l’encolure était basse et confortable que la matière si elle était proche du corps et ne faisait pas entrer d’eau ne tirer pas sur la peau. Je prenais un risque mais en eau douce sur ces compétitions à plutôt bonne intensité je n’ai ressenti aucun problème, aucune rougeur ou frottement au niveau de la fermeture.

Une première place sur le 2km de l’open swim stars en catégorie d’âge que je dois à ce morceau de néoprène on ne va pas se mentir, au départ en maillot je n’avais aucune chance.

Je me devais donc de tester ce néoprène en eau salée ce que je ferais un mois plus tard sur la très rapide mais courte traversée de la baie de saint jean de Luz, 1850m annoncés qui se gagnent en moins de 20 minutes et sur laquelle je termine 20ème en 22 minutes. À nouveau aucune protection autour du cou ou ailleurs, j’enfile la Arena avec des gants de vélo pour ne pas la marquer elle ne souffre d’aucune blessure pour l’instant et je la fait fermer par quelqu’un car ce matin là je n’y arrive pas seul. Enfin, je vais terminer mon test grandeur nature sur les 3 et 7.5km des défis quiberonnais dans une eau plus fraîche et sur un parcours magnifique où la combinaison est obligatoire. Toujours pas de produit autour du cou et un gainage appréciable pour nager droit et garder un cap et terminer en 1h38 cette distance en pleine mer dans les pieds de très bons nageurs. Aucune fatigue au niveau des bras ou des épaules je peux terminer en forçant et en augmentant la fréquence, la seule limite vient du nageur pas du matériel. Je nage plus vite qu’en maillot, je ne ressens pas du tout le froid présent au 4ème kilomètre et je souffre un peu du chaud qui suivra pour nous ramener au port Haliguen, aucune fatigue et toujours aucune rougeur.

Voilà ce que j’appelle poliment rougeur, le résultat d’une eau salée, d’une intensité dans la nage, d’une matière trop irritante et d’une mauvaise coupe dont souffre pas mal de nageurs dont mon camarade après Quiberon…

Les résultats dans l’eau : Elle va vite, elle ne blesse pas, elle gaine bien, elle est bien coupée, elle est hyper souple aux épaules donc j’avais tous les atouts pour faire 2h24 au 10km de l’open swim stars ou encore 1h38 sur le 7.5km de Quiberon. 

À l’heure du bilan j’ai été bluffé par la qualité des matériaux, la bonne tenue (après 4 compétitions seulement on verra sur le long terme) du néoprène et sur l’absence totale de frottement. J’ai nagé clairement plus vite qu’en maillot (voilà pourquoi il faut revoir les règlements en la matière pour que les nageurs soient à pieds d’égalité) et j’ai bien ressenti la glisse qu’une telle technologie permet en eau douce calme aussi bien qu’avec des vagues dans le dos sur le parcours breton  en pleine mer. De tous les modèles que j’ai pu tester au cours des dernières années elle est clairement au dessus et si les bras sont plus épais que sur le haut de gamme de Orca, la souplesse est pourtant au rendez-vous comme quoi les chiffres, ça ne fait pas tout. À ce stade, après 25km en eau libre, aucune critique à part peut être sur la durée de vie mais ça je vous le dirai avec le temps.

Publicités

Passage sérieux à la très longue distance (Préparer un 25km en coupe de France).

Me voilà inscrit à plusieurs longues distances cette année dont un 15km à enchainer derrière un 10km à Saint Pardoux mais aussi un 25km à Rouen le lendemain d’un 10km pour ouvrir la saison de Coupe de France sur une maudite épreuve Aqua Challenge (mot compte double au classement) ce qui fait que je joue 1/3 de mes kilomètres totaux et un peu plus de mes points sur un week end de reprise de la compétition en eau libre. C’est assez osé mais le pari peut être payant en terme de classement. Le point positif de cette épreuve : l’organisation (les Vikings de Rouen) est très bonne et si la météo n’est pas garantie en ce début de mois de juin, je connais déjà ce lac dans lequel j’ai fait en 2017 un 10km en 2h22.

Le reste de la saison sera une alternance de 5km et de 10km en mer ou en lac pour viser les 2000 points au final et un place à nouveau dans le top 5 de cette coupe de France dans une catégorie où Axel Reymond a pris place cette année. Le kid ayant plus de 26 ans désormais il faudra éviter de prendre des tours et se la jouer une dernière année avec les torpilles de l’équipe de France et autres.

L’affiche de l’an dernier qui promet une rencontre avec Ragnar Lothbrok et sa troupe, cette année il faut prévoir une catégorie super élite pour le 25km

L’enjeu sera donc de terminer ce long week end (10km le samedi soit 4 tours et 25km le dimanche soit 10 tours) et bien négocier l’hydratation et la récupération. 

Un peu à l’image des courses en montagne, on peut classer les compétitions en eau libre en 3 catégories selon des critères simples. Pour ma part, un 5km que ce soit en lac ou en mer est une distance que je maitrise parfaitement, à l’inverse si la distance est raccourcie, un 3km ou moins, il s’agit d’un sprint qui va me faire mal au bras et en terme de classement. Mais le semi marathon est un exercice maitrisé sur lequel je vise un classement et un chronomètre de référence. Ma meilleure marque étant autour de 1h06 au Monte Cristo sur une course facile en mer.

Un 7.5-10km se joue essentiellement dans la tête et une défaillance n’est pas impossible on dépasse la distance nagée quotidiennement à l’entrainement et la nutrition/hydratation est un point stratégique, les conditions de course peuvent aussi influencer négativement ce genre de journée. Nager seul notamment et n’avoir aucune chance de remonter sur des nageurs qui vont s’éloigner logiquement va vite peser sur la seconde moitié de la course.

Enfin toutes les distances qui vont se situer au delà de 15km sont synonymes non pas d’inconnu mais de test où il s’agira juste de ne pas craquer, le chronomètre, s’il se joue encore sur un marathon, n’est plus de mise sur une telle distance, finir dans les délais selon les critères de course et ne pas exploser, ne pas souffrir physiquement, le mental sera déjà suffisamment dans le dur.

Alors me voilà confronté à un défi majeur dès mon premier week end de compétition avec un enchainement inconnu, 10km et 25km en moins de 24h, si j’ai déjà privilégié, depuis 2017, les week ends de compétition à 2x10km il faudra se rappeler que l’an dernier j’avais débuté la saison à Paris pour l’Open Swim Stars et que le 2km du dimanche avait été très dur à enchainer après la longue distance de la veille au soir.

Je mise d’abord sur une préparation plus aboutie autour de 3 thèmes :

Du volume d’abord mais en privilégiant les sessions qualitatives et donc en insistant plus sur l’intensité que sur la seule distance. L’objectif étant autour de 28km par semaine sur 5 à 6 jours.

S’il est assez rare que je réalise des sessions de plus de 5-6km il est assez commun qu’une journée se divise en 2 sessions de 4km et que la seconde soit réalisée en club avec quelques sprints bien placés.

Enfin un travail technique basé sur la prise d’eau et les appuis sous marins afin de garder la meilleure propulsion possible, mais aussi sur la fréquence de bras en faisant quelques sorties en prone paddle board.

Il s’agit d’une planche type surf destinée à la rame allongée ou à genoux, qui permet d’évoluer en mer (ou en lac) à un régime sous la minute au 100m et à une cadence de bras bien plus élevée qu’en natation (70 rpm+). Il y a dans cette pratique une forme de souffrance pour le dos et la nuque ainsi que pour les épaules et les bras que l’on ne retrouve pas en natation du fait d’un retour aérien plus relâché et d’une position plus naturelle dans l’eau que sur la planche. 

Alterner les disciplines et se mesurer à d’autres athlètes en prone, sauvetage côtier ou en surf et en Mountain Bike voilà une saison bien remplie digne d’un retour au Pays Basque

Il y a tout de même pas mal d’avantage à ce sport et aussi un grand plaisir à évoluer en pleine mer, en pouvant boire facilement depuis un porte bidon situé devant la tête et de pouvoir s’arrêter pour admirer le paysage et la côte d’un point de vue unique.

J’ai donc pas mal pratiqué depuis le printemps cette discipline afin de dédoubler des sessions et de nager 2 à 4km après avoir déjà réalisé plus de 5-6km sur la planche (soit 45-60’ de rame pour fatiguer l’organisme). Je participerai d’ailleurs à un 12km à la rame à Lacanau mi Mai afin de travailler encore plus les bras en essayant de suivre des rameurs plus affutés que moi sur différents engins (pirogues, OC1, SUP…) avec comme objectif de maintenir une allure donnée en fonction de la météo (autour de 1′ max au 100m soit 10′ au km).

Dans le genre, une journée dites des 3×50 minutes fut un délice pour préparer un peu mieux les 10km en eau libre, il s’agissait de faire 50 minutes de rame avec une cadence bien élevée (plus de 68-77 rpm) non stop sans jamais ramer à genoux, puis de se changer et nager 50 minutes en mer à une allure qualifiée d’aérobie pendant 50’ à 1’28 ou moins (plus facile pour moi en mer de tenir cette allure). Enfin d’enchainer après un petit break une session d’une heure en piscine en club avec les copains qui envoient sur 25-50m ou plus. 

Résultat, 6km en prone paddle, 3300m en mer et en piscine en finissant fort et sans problème.

Une session en piscine après une journée passée sur la planche et en eau libre, du fractionné qui fera du bien le jour J pour garder une allure plus facile. On voit que la vitesse est bonne en fin de session.

Le but sera de renouveler une ou deux fois cet entrainement en haussant un peu les durées et/ou les allures afin de fractionner utilement un effort de type 10km en eau libre en compétition. Cela devrait me permettre de terminer plus fort sur cette distance et de renforcer le mental sur la deuxième moitié de la distance.

Pour ce qui est de la préparation au 15km et au 25km, je me dirige vers un 17km en piscine en profitant d’une après midi complète 10 jours avant le week end de Rouen, soit 5 heures de nage non stop en bassin de 25m afin de nager en régularité et tester une hydratation bien dosée afin d’avoir un apport calorifique et une concentration (osmolarité) approximative de 284mmol/l quand l’idéal se situe autour de 240mmol/l pour rester sous celle de la concentration du plasma humain (280-300 mmol/l) vers lequel cette boisson et ses apports nutritifs doivent se diriger afin de rester hydraté et alimenté en sucres.

Mon choix se porte sur une boisson isotonique que je vais constituer moi même avec de l’eau minérale type Thonon ou Evian (39cl) avec un morceau de sucre (saccharose), une pincée de sel (1g+), 25ml de jus de citron et 10cl de jus de pomme par demi litre d’eau. Vous l’aurez compris c’est assez facile de trouver ces ingrédients un peu partout dans un supermarché et de se souvenir de la recette. 

Le résultat théorique sera une boisson un peu trop concentrée (44mmol/l de trop ) mais disposant d’un apport de glucides à son maximum (16g/demi litre) pour 64kcal, ce qui me laisse l’occasion d’ingérer un gel ou une compote, voire une banane pour mâcher un peu… Je me situe dans la moyenne basse de ce que mon corps tolère en apport glucidique par heure (80g) et je reste largement sous la barre des 20g/h de fructose qui sont souvent synonyme de maux de ventre. Enfin les 473mg de sodium vont permettre de reconstituer les réserves du fait de la transpiration (à condition de ne pas nager en combinaison Néoprène sous le soleil) qui devrait se situer autour de 600 mg/h,  et un fort pouvoir sucrant devrait me changer du gout de l’eau du lac et permettre à mon cerveau de prendre un bon coup de boost à chaque ravitaillement.

Un exemple d’une boisson bien concentrée qui joue son rôle et diffuse du glucose dans le sang sans trop de vidange gastrique.
à l’inverse un exemple ce qu’un gel ou un coca peut provoquer pour votre organisme.

Lors du 25km, je devrais boire un demi litre toutes les heures et les ravitaillements auront lieu toutes les 40-45 minutes. Un demi litre m’attendra à chaque fois et si je ne bois pas la totalité il faudra au moins en vider les 3/4 pour être sûr de rester hydraté et alimenté pour finir cette course en moins de 7h sans avoir à uriner trop souvent ce qui voudrait dire que le liquide se dirige vers la vessie un peu trop vite sans donc apporter ses nutriments au sang.

La session en piscine étant fixée à 5h non stop, elle me permettra de valider la quantité buvable, le goût mais aussi la sensation de faim sur la durée. Il faudra combattre l’ennui du bassin qui sera plus facile à faire passer en eau libre grâce aux tours pas si nombreux que cela (10x2500m +/-) et aux autres concurrents et ravitailleurs. Par contre je n’aurais pas de montre le jour de la compétition (logiquement interdit en coupe de France) alors qu’en piscine j’aurais une chrono et une distance indiqués à mon poignet, ce qui peut aider aussi à garder un rythme notamment à travers une alerte tous les 500m afin de garder un certain rythme qui peut m’amener à nager presque 18km si le mental est là.

Enfin le jour J à Rouen, en ayant bien mangé et bu depuis les dernières 72 heures je devrais être capable de terminer la course à 80% de ma puissance maximale sans me mettre dans le rouge et sans souffrir. Le rendez vous est pris ce sera dans un mois.

Se préparer à une nouvelle saison d’eau libre :

Après avoir fait du pied à la communauté de nageur en eau libre en diffusant bon nombre de calendriers de compétitions en Europe il est temps de passer aux choses sérieuses et donc à la programmation en parallèle de sa saison, des pics de formes qui vont intervenir aux moments clés (un championnat, une longue distance, une course ciblée en particulier… en fonction des objectifs) et donc se donner les moyens d’y arriver en se préparant minutieusement.

Il s’agit ici de décrire une saison complète avec différentes compétitions pendant une saison estivale allant de mai à octobre (donc 6 mois de l’année) ce qui est commun à de nombreux sports d’endurance dont le triathlon notamment et qui pourrait donc être adapté (voire qui s’inspire d’une telle discipline) en terme de préparation.

Le but est donc de performer au fur et à mesure de cette saison en ciblant disons 3 pics de formes en début, milieu et fin de saison durant ce semestre de compétitions et donc d’avoir un semestre préalable d’entrainement.

Pour faire simple ces 6 mois vont se découper en 4 phases, à savoir le travail d’endurance fondamentale et la technique, la vitesse, l’allure de course et enfin l’affutage final en vue du pic attendu. 

Là c’est clair, plus question de reculer, mais si on s’est préparé de manière efficace tout devrait bien se passer car le pic de forme c’est aussi avoir une stratégie et des tactiques en course le jour J.

S’il sera donc « facile » de se préparer pour le début de saison en suivant ce type de plan il restera à savoir comment gérer le deuxième puis le troisième pics de forme au cours du semestre de compétition en accumulant la fatigue et parfois les mauvais résultats, en retrouvant ou pas de la motivation et de l’envie et de reprogrammer ou pas un travail d’endurance au sein de cette phase. Ce débat qui n’est pas tranché sur le plan scientifique sera débattu dans un article qui suivra, pour l’instant nous allons nous pencher sur la stratégie à mettre en place dans la préparation pour améliorer ses performances sur des courses d’eau libre allant de 2.000 à 10.000m. Reste aussi la dure question de la période d’affutage qui consiste à réduire le volume des entrainements en ne gardant que quelques séances intensives pour convier le pic de forme au jour J, entre 10 et 15 jours le débat scientifique est compliqué mais il reste sûr que les jour J moins 10 et moins 4 sont primordiaux pour être à 100% le matin d’une compétition.

Alors maintenant que nous avons dessiné notre saison, à savoir 6 mois de préparation et 6 mois de compétitions rythmés par des reprises d’endurance ou de vitesse afin de se relancer au cours de ce long et important second semestre, il faut encore trouver un entrainement qui soit en accord avec la discipline de la natation en question.  Le but étant d’être performant, comprendre atteindre ses objectifs fixés en début de saison. 

Pour cela il va falloir comprendre que le corps humain fait face à une grande problématique, celle de la résistance de l’eau qui est 800 fois et quelques plus dense que l’air. Le nageur étant dès lors, aussi bien le projectile, en permanence, que le propulseur, de manière alternative. Et qu’il existe différents modes ou niveaux d’organisation dans la construction du corps en tant que projectile et propulseur quelque soit le niveau de performance souhaité. 

Tirer de l’eau de manière efficiente le plus tôt possible et le plus loin possible.

Les principales composantes de cette performance sont la technique, la force et l’endurance et leurs inter-actions au moment donné en nage complète dans les conditions réelles. Enfin que la notion de distance par cycle de bras est bien un effet scientifiquement observable du niveau de construction ou d’organisation du corps en question. Mais que s’il est connu que les nageurs vont de plus en vite en utilisant toujours moins de mouvements possible pour cette distance ce résultat n’est pas la cause de leurs performances mais bien une conséquence.

Dès lors on peut mettre en place un certain nombre d’entrainements afin d’améliorer la vitesse du nageur. Et voilà donc les points sur lesquels on pourra chercher à s’améliorer pendant cette longue période de préparation. Vous verrez il n’y aura que peu de temps mort, la préparation hivernale est surement la phase la plus importante, d’où l’importance d’avoir une visibilité sur le long terme.

Car au cours de ces 6 mois il va falloir beaucoup travailler dans un seul but être plus puissant, cette puissance n’étant que le résultat d’ une meilleure endurance, d’une plus grande force et d’amplitude combiné à une haute fréquence de bras.

Tous les points suivants sont essentiels à une réelle progression, car n’améliorer que son endurance, ou sa force,  voire sa fréquence, n’agira pas au final par un réel gain de puissance. Et comme nous évoluons en milieu ouvert ne pas oublier aussi qu’aucun effort ne servira si le nageur  n’a pas une analyse stratégique et tactique des courses d’eau libre car comme disait la publicité (ratée) du XXème siècle, sans maitrise la puissance n’est rien. Nous aborderons ce dernier point, concernant la tactique de course dans un autre article. Pour l’instant voyons les grands contour de notre préparation :

Première étape : améliorer l’endurance.

C’est l’étape inévitable pour pouvoir s’aligner sur une course de fond car il va falloir être tout simplement capable de nager pendant 2 à 10 km certes en réduisant sa vitesse mais  le corps devra tout simplement en être capable et c’est souvent la question principale qui ressort de mes discussions avec des nageurs débutants : suis je capable de nager telle ou telle distance?

L’endurance est primordiale mais pour autant il n’est pas nécessaire de se transformer en porte conteneurs.

Il s’agit pourtant de la partie la plus facile à développer. D’une part parce que l’on peut améliorer ce secteur dans la vie de tous les jours (en marchant, en courant, en vélo-taf, voire en faisant une autre activité qui ne nécessite pas d’avoir une piscine à sa disposition). Le principe est simple, on part d’une durée d’exercice que l’on peut soutenir en l’augmentant au fur et à mesure pendant un cycle de 3 à 6 semaines selon son état de forme initial. On parle ici de quantité de travail, on le verra ça n’est pas un critère très efficace mais il est nécessaire avant tout. 

À titre d’exemple un nageur qui aurait un routine de 2000m à chaque séance à raison de 3 séance hebdomadaire (je ne parle pas encore de modifier le contenu de celle-ci) va simplement passer progressivement à 6.500m par semaine pour atteindre en fin de cycle 10.000m toujours réparti sur 3 ou 4 séances de natation ( il aura donc à augmenter son volume de pratique, et si possible en venant à la piscine à pied ou en vélo, en montant des marches plutôt qu’en prenant l’escalator et en faisant pourquoi pas une sortie longue dans un autre sport une fois par semaine si l’occasion lui est donné (ski de fond, de rando, raquettes, marche, vélo, pirogue, stand up…). Cet aspect des choses comme je le disais est souvent un préalable à toute performance en endurance, il est pourtant mal compris du sportif amateur qui va souvent ne se concentrer que sur cet aspect volumétrique, or voilà les points qu’il pourrait négliger.

Améliorer sa force 

Sur ce point là nul besoin de prendre un abonnement dans une salle dans laquelle vous n’irez pas, mais au contraire un travail dans l’eau avec ou sans plaquettes fera l’affaire pour arriver à tirer fort sous l’eau le plus tôt possible et au plus loin possible derrière vous ce qui rejoint donc le point de la technique et de l’amplitude. Et ce sont ces deux points qu’il faudra particulièrement travailler pour d’une part, être sûr de faire le bon geste et donc de ne pas se blesser notamment aux épaules (deltoïdes ou coiffe des rotateurs) par répétition. Donc plus on cherche à augmenter sa force en tant que nageur plus je conseillerais de chercher en parallèle à réduire la force de résistance de l’élément liquide mais aussi de son propre corps.

Le travail dans l’eau avec des plaquettes peut être nécessaire mais honnêtement sans technique cela ne servira qu’à se blesser.

Le relâchement aérien et le retour du bras avec le coude haut sera l’objectif numéro un, ce qui permettra l’entrée dans l’eau la plus optimale possible et la moins brusque possible afin de mettre toute son énergie dans la poussée sous marine. Ici on cherchera la verticalité de l’avant bras le pus tôt possible le coude restant haut sous l’au pour s’appuyer sur l’eau de manière efficace en poussant vers l’arrière et non pas vers le bas. 

Ne pas négliger la position de la tête et la capacité à la lever pour naviguer mais aussi à la dissocier du tronc pour l’isoler., 

Et toujours dans un soucis de propulsion ne pas négliger le battement de jambes pour gagner aussi en force à ce niveau là et à la position horizontale du corps pour freiner le moins possible dans l’eau.

La navigation, les bouées et les autres nageurs, auxquels il faut rajouter les courants, la température et les autres nageurs, voilà les nombreuses contraintes de l’eau libre, et il faudra rester en maitrise tout au long de la course.

Car l’idée principale reste que la tête soit le commandant en chef sous l’eau et que le reste à savoir le corps soit indéformable (gainé) et qu’il emploie tous les moyens nécessaire à aller vers l’avant (dans un alignement parfait de l’axe) en prenant appui sur la plus grande masse d’eau possible que l’on va pousser vers l’arrière en accélération constante.

Afin de travailler cette force pure et athlètique, il faudra donc peut être en passer par des exercices généraux ou de prévention (notamment sur les rotation externe, les épaules ou les lombaires), des exercices orientés sur la rotation interne et enfin du spécifique avec des élastiques. Je ne m’attarde pas sur ces exercices je reviendrai là dessus en temps utile dans un article détaillé.

On va donc passer par plusieurs phases afin d’abord d’obtenir une remise en condition nécessaire et préalable à la suite à savoir l’acquisition de la force de base puis au développement de la force explosive et dans un quatrième temps de la force d’endurance. Le dernier stade sera consacré à l’obtention de la force d’endurance explosive. Le processus est long et compliqué il faut donc ici aussi savoir ce que l’on cherche et toujours combiner ces exercices avec de la souplesse et de la mobilité afin d’améliorer sa technique, sans technique la force n’est rien.

Améliorer sa fréquence

Tout simplement parce que le moteur du crawl ce sont les bras et qu’il va falloir projeter le corps face à un élément liquide bien plus dense que l’air et durant un geste où tout juste 3 à 7% de l’effort servent réellement à ce déplacement vers l’avant malgré tous les freins. Que la force étudiée plus haut multipliée par la vitesse de bras vont vous donner la puissance que l’on cherche à obtenir, et plus encore, à conserver le plus loin possible jusqu’au sprint final.

Il va falloir donc dans la technique, encore et toujours, apprendre à se relâcher hors de l’eau pour pouvoir revenir vite et être disponible plus souvent et efficacement en phase propulsive.

Être capable de faire tourner les bras à une cadence optimale car si l’on veut passer moins de temps dans l’eau l’équation est très simple il va falloir que l’on divise la distance par la distance que l’on fait sur un cycle de bras et donc multiplier celle-ci par une vitesse si possible élevée afin d’arriver dans les temps voulus. Il faut donc comprendre que la technique et l’amplitude sont un préalable à tout travail de vitesse. 

Drafter est possible en théorie en eau libre à condition de ne pas gêner le nageur de devant mais de toute façon soyez prêt à faire pas mal de variations de vitesse au cours de votre longue distance

Sachez que les meilleurs nageurs au niveau mondial tournent à 80rpm sur une distance de 10km, ce qui donnerait dans un bassin de 50m une quarantaine de coups de bras (ou tout juste un peu plus) à vitesse de course, et non pas en moins de mouvements possible.

Et à nouveau on se confronte à notre discipline qui est fait de nombreux paramètres que le nageur de bassin même sur 1500m ne rencontrera jamais, à savoir les courants, les vagues, le vent ou tout simplement les autres concurrents ou les ravitaillements. Car il faudra aussi pouvoir varier cette cadence de bras en fonction de ces critères ou moments propres à notre discipline pour rattraper ou s’extirper d’un groupe, pour aborder une bouée ou enfin pour taper la planche avant vos compagnons d’échappé qui vous massent les pieds depuis 7000m.

Voilà donc la recette complète d’une saison d’eau libre et notamment de sa période la plus ingrate, dans laquelle on est plongé présentement, la préparation hivernale.