Championnats d’Europe Masters d’eau Libre 2018, Bled, Slovénie

Bien qu’ayant pu participer aux championnats du Monde FINA l’an dernier en Hongrie dans le tumultueux lac Balaton je n’avais pas forcément coché cette compétition de fin de saison qui se tenait sous l’égide de la LEN les 8 et 9 septembre 2018.

Mais faire partie d’un club c’est aussi être pris dans une dynamique et se laisser tenter par une virée au fin fond de la Slovénie dans le bien nommé lac de Bled, avec quelques doutes au départ.

L’inscription se fait directement auprès de l’organisateur et contrairement à la natation course il n’y a pas de temps à justifier sur aucune des deux épreuves proposées, le 3 et le 5km. À ce niveau je dois préciser que les autres disciplines (plongeon, water polo, Synchro et course) sont aussi présentes mais à des moments différents et sur d’autres sites.

Le principe en Masters est de nager par catégorie d’âge divisée par tranche de 5 ans à partir des plus de 25 ans jusqu’aux plus anciens possible.

Je suis encore une dernière fois dans les 40-44 ans et je sais que sur une telle épreuve de nombreux italiens, bulgares et autres hongrois vont venir jouer les premières places, je viens donc pour faire un chrono et une belle course, rien d’autre. Mais à défaut d »avoir avec moi mon compagnon de club Fred avec qui j’avais fait les mondiaux, je pars avec toute une équipe de Paris Aquatique et nous voilà tous logés ou presque dans une grande villa sur les hauteurs de Bled et l’émulation du groupe va jouer son rôle.

41215431_524814441301469_2207682124369100800_n

Le vendredi nous sommes trois à faire un tour de l’île de Bled à la nage et à la visiter en partant du stade d’aviron local. Le lieu est tout simplement magnifique, le lac fait à peine 2km dans sa longueur mais l’urbanisation très limitée nous permet de nager dans un écrin naturel superbe. L’eau est parfaite autour de 21°C, transparente et le soleil est de la partie, que demander de plus.

Le samedi récupération des accréditations puis attente de la vague de départ pour Gabriel et moi qui serons les seuls à nager dans notre catégorie. Le parcours est des plus simple départ en tenant une « corde » virage à main droite pour rejoindre une ligne de bouées d’aviron et on tire tout droit en suivant celle-ci sur 1000m, demi tour et retour puis dernier virage à main gauche et sprint sur les 400-500 derniers mètres.

Les vagues sont limitées à 50 nageurs donc si votre catégorie d’âge compte plus de nageurs ils sont divisés en plusieurs départs. C’est notre cas, nous sommes à peine une grosse vingtaine de nageurs à partir dans un climat très calme et serein, sans aucune irrégularité ni mauvais coups au départ, c’est appréciable. Au premier virage je suis 6ème et à part quelques tentatives de dépassement je garde cette place tout le trajet aller. au demi tour un nageur suisse me passe à la loyale après avoir drafté derrière moi pendant 1500m. Je lui rendrai la pareille au dernier virage pour frapper la plaque avec 4 secondes sur lui.

La sortie de l’eau est moins en accord avec le reste de l’organisation, pas d’eau ni autre chose à manger, pas d’accès à son chrono, mais on fait avec et on se connecte dans l’après midi pour se rendre compte que la deuxième vague était bien plus rapide. Je termine 23ème en 39’51 à plus de 6 minutes du premier, autant dire aucun regret.

Le lendemain c’est au tour du 5km avec un parcours qui garde le même principe mais nous fait nager jusqu’au bout du lac jusqu’au centre d’aviron depuis lequel nous nous étions mis à l’eau le premier jour. Nous longerons l’île et aurons à rentrer toujours le long des lignes pré-installées et qui supprime toute navigation ou choix de direction. C’est mon seul regret sur cette course qui retire à l’eau libre une composante pourtant importante.

41362947_1898231133805738_872620960933478400_n

Sur ce départ ça va encore plus vite et des nageurs sont capables de tenir un rythme largement sous 1’10/100m, vous l’aurez compris je laisse partir et je gère dans un peloton.

Après 2500m je décide de drafter derrière le dit peloton et je n’arriverai jamais à reprendre la tête de celui-ci que je menais pourtant jusque là. Donc 4 nageurs me précèdent à la plaque et j’en termine pas forcément dans le rouge en 1h09’44 et là quelques regrets car 6 nageurs finissent en quelques secondes et je me retrouve en 29ème place au général. Le 30ème nageur est à plus d’une minute derrière.

L’ensemble de mes co-équipiers ont tenu leurs rôles en réalisant de très bleus courses et de très bons chronos, un effet émulation ou bien est ce la nutrition et hydratation slovène qui nous a bénéficié? Bravo à tous et toutes en tout cas et merci de cette belle ambiance.

Je repars de Slovénie avec un réel plaisir d’avoir nagé en club dans un si beau lac et auprès d’une organisation bien rodée et très accueillante. Quelques critiques sur la sortie de l’eau et sur le contrôle des tenues officielles ou encore sur les règles de drafting mais sur le reste que du positif.  Et si vous aimez avant tout l’eau libre et moins les compétitions la Slovénie est une destination à cocher sans aucun doute.

Moi j’aime presque autant les deux, et je terminerai la saison à Jablines lors de la finale de la coupe de France pour jouer mes chances pour une troisième place finale en maitres 1 (25-44 ans), grâce à mes inscriptions sur 5 et 10km.

 

Publicités

Championnats du Monde Masters en Hongrie Jour J-80

Le nom sonne bien, ça fait objectif de l’année, voire objectif d’une vie, quand en réalité c’est plutôt une course très courte (3km), en lac sans aucun repère sur le niveau des nageurs engagés ni même sur l’ambiance de ce type de rendez vous international.

Autant le dire tout de suite, mes courses favorites sont celles en mer et qui s’étirent sur plus de 5km, donc je ne serai pas dans mon élément, pour autant en prenant une licence cette année je cherchais à participer à plus de course sur tout type de distances et à visiter quelques endroits de la carte encore méconnus.

Ce sera donc le cas pour Balatonfured que je ne prendrai pas à la légère pour autant, mon objectif est surtout de progresser en eau libre sur de courtes distances pour mieux préparer mes longues traversées à venir. Les plus courtes faisant 14 km en pleine mer, un 3km en lac n’a pas grand chose à voir mais cela reste un moyen de rester motiver pour aller s’entrainer seul et pour continuer à travailler la vitesse.

tihany-1280x640

Voilà donc l’occasion de dévoiler un peu plus mon programme de l’année et d’expliquer mon entrainement afin de donner de la matière à d’autres nageurs en eau libre cherchant des informations sur la préparation à des compétitions loin des élites ou à des traversées comme la Manche ou Gibraltar.

Prendre une licence et s’inscrire à des compétitions sur 3, 5 et 10 km était le moyen de rester motivé tout au long de l’année et d’avoir régulièrement des moyens de vérifier l’état de forme sur des distances types.

Je débute ma saison à Paris lors de l’Open Swim Stars dans le bassin de la Villette les 17 et 18 juin prochain sur 5km le samedi puis 2 km le dimanche. Ayant déjà nagé deux fois dans cette eau pas si sale que cela j’ai apprécié l’idée de partir de Pantin cette année et de nager en ligne droite jusqu’à Paris. Ce sera l’occasion de tester la valeur de référence soit 1h09 sur le 5km. Il faut que je puisse nager au moins aussi vite dans un mois.

Pour arriver à cela c’est 6 séances de natation par semaine pour un total autour de 20 km par semaine, avec au moins une eau libre. On rajoutera à cela les quelques kilomètres que je fais en vélo pour mes déplacements dans Beyrouth et quelques sorties en Mountain Bike et voilà l’essentiel de ma feuille de route.

L’essentiel pourtant n’est pas dans le volume surtout que je n’ai pas le temps pour beaucoup augmenter celui-ci. Il s’agit donc ici de détailler les séances afin de comprendre ce qui à mes yeux semble important à un nageur vétéran en eau libre.

D’abord des sorties en eau libre y compris en eau froide car la température en hiver à Beyrouth sera surement celle des lacs en plein été lors des coupes de France ou lors des traversées en Atlantique. Il s’agit de se confronter pendant 1h à 2 heures à des conditions  plus réelles. La houle, les vagues, l’eau très salée en Méditerranée, la faune et la flore, les bateaux et autres pollutions. Je précise ici que je nage le plus souvent seul et que s’il est toujours de bon conseil de dire qu’il ne fait pas le faire je vais aussi être honnête avec le lecteur, j’adore le sentiment d’être seul en pleine mer, ou en pleine montagne lors d’une sortie vélo. Je ne minimise pas les risques et je tache aussi de les minimiser en portant un safe swimmer attaché à ma taille. Mais on ne se refait pas j’ai débuté la nage en eau libre par la pratique du surf au Pays Basque il y a trente ans…

En piscine aussi je m’entraine seul, pas de club proposant un programme pour les masters au Liban alors j’ai pris ma licence en France auprès du Paris Aquatique et je fais mon propre programme. Le grand défaut de ce système, le manque absolu de convivialité et l’absence de coup de pied au cul les jours où la motivation est restée à la maison.

Voilà en fait pourquoi je me suis tourné vers les réseaux sociaux (ce blog et instagram) afin de garder un peu de motivation tout au long du processus me conduisant à la fin des 21 traversées et pouvoir aussi échanger ici ou là avec des nageurs et autres athlètes s’entrainant pour des défis aussi amusants que le mien.

Dans les bassin je m’astreints une discipline de volume, mais aussi de qualité à travers beaucoup d’éducatifs et des séries de vitesse sur des distances très courtes (25-50m), moyennes (100-400m) et « longues (500, 1000, 2000 et 4000m). Il m’arrive de travailler la force en tractant une bouteille de 2 litres pleine d’eau accrochée par une chambre à air à un pied. Cela favorise la prise d’appui mais aussi augmente le nombre de coup de bras lors d’une longueur et en cela me permet de travailler plus les bras en poussant moins sur le mur.

Car il faut préciser ici que le dos et certes de moins en moins souffrant mais les hernies restent une réalité. Alors si j’ai réussi à redresser la colonne vertébrale notamment grâce à la natation les chocs répétés (et je ne parle pas de la course à pieds que j’ai abandonné depuis 4 ans) refait surgir des inflammations et des douleurs.

Donc au fur et à mesure des mois je travaille l’endurance, la vitesse, la technique, la force et j’essaye de faire varier mon programme pour arriver en forme lors des compétitions pour vérifier la cohérence du plan et la qualité des entrainements.

En ce moment je cherche à réaliser mes fractionnés courts en moins de 1’19 au 100m et les sprints qui dépassent 200m à 1’22 au 100m maximum dans le but de pouvoir attaquer un 5km sur la base de 1’23-1’24. La différence parait trop peu importante entre la vitesse de travail en sprint et la vitesse de base sur 5km mais la motivation en course est un élément important à rajouter au fait que si je ne suis pas un nageur rapide en piscine (pas de culbute) mais que j’arrive au contraire à conserver une plus grande vitesse sans être bloqué par un mur tous les 25 ou 50m.

Sur une distance de 3 km dans le lac Hongrois il s’agira de nager en moins de 42 minutes on est loin des élites mais une fois de plus le mot le plus important dans le titre ça reste Masters.