Test du Dial (Dispositif Individuel d’Alerte et de Localisation) de la SNSM

La récente discorde sur le restube, mais aussi les chiffres de noyades en France notamment tous les étés nous rappellent que nous évoluons en milieu ouvert et finalement hostile ou du moins dangereux pour l’homme que ce soit en rivière, en lac ou en mer. Il existe bien des équipes et des moyens de sauvetage dédiés mais encore faut il pouvoir les joindre une fois en pleine mer et en maillot de bain quand on est pris d’un malaise alors qu’on voulait nager 3 ou 4000m le matin à la fraiche avant que les MNS n’arrivent sur la plage.

Au delà de la bande des 300m où le nageur s’aventure parfois à ses risques et périls (je parle pour moi essentiellement) c’est le CROSS ou centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage qui assure la mission de coordination en matière de sécurité et de surveillance des activités maritime dont l’eau libre fait partie (en faible proportion mais elle n’est pas à négliger aux côtés du Kite surf, du windsurf, de la pirogue, du prône ou du Stand up paddle qui se développent énormément).

Pour la France donc les CROSS sont au nombre de 7 dont 2 en Outre Mer, ils relèvent des directions interrégionales de la Mer et disposent de tous les moyens disponibles en mer ou dans l’air dont l’ensemble des navires civiles sur zone mais aussi les navires et appareils de l’armée de terre et de la Marine Nationale ainsi que de la Société nationale de sauvetage en mer (SNMS).
Et justement cette dernière qui ne fonctionne qu’avec des bénévoles à travers tout le territoire a voulu s’adapter à ces nouveaux utilisateurs de la mer afin de les retrouver plus rapidement et aussi d’éviter les fausses alertes.
Ils ont donc fait développer par Io-Data une entreprise de la région lyonnaise spécialisée dans les objets connectés, un bracelet qui s’appelle Dial pour dispositif individuel d’alerte, et celui-ci nous intéresse en tant que nageur d’eau libre. Il ne s’agit pas d’une montre GPS il n’affiche aucune donnée, pas même l’heure mais dialogue avec l’utilisateur par système de vibration. On l’allume ou le déclenche par une pression plus ou moins longue et il répond par une vibration différente selon qu’il se met en fonctionnement, s’éteint, capte un signal ou bien déclenche une alerte (courte vibration toutes les 2 secondes que l’on peut pas ignorer).

Le bracelet en question, un peu plus volumineux qu’une montre GPS.

Le bracelet est étanche jusqu’à 10 mètres (donc non adapté à la plongée), dispose d’une autonomie de 12 heures maximum (en fonction du niveau de réception du signal et sur une base d’une localisation toutes les minutes).  Plutôt pensé pour les utilisateur d’engins évoluant au large qui ne pourrait pas rentrer suite à un problème technique et qui vont attendre les secours sur leurs planches nous sommes aussi en tant que nageurs d’eau libre destinés à ce genre de dispositif car il peut être bien utile face à un problème qui ne nous permettrait pas de revenir dans la zone des 300m ou de continuer à nager tout simplement à condition de pouvoir attendre les secours, le Dial se contentant d’envoyer la localisation de son possesseur et le trajet effectué.

Le porteur du bracelet est en difficulté, il capte le réseau GSM 2G ce qui est très courant en bord de mer (et jusqu’à 10 milles nautiques) à la condition qu’il puisse maintenir son poignet ou le bracelet en dehors de l’eau. Le système qui fonctionne déjà dans 36 pays européens et qui va se connecter automatiquement au meilleur réseaux disponible, va déclencher une alerte qui lui sera confirmée par cette vibration récurrente. Dès lors le référent qui dispose d’un smartphone connecté au réseau, et de l’application DIAL, et en passant, de suffisamment de batterie, reçoit l’alerte et donc la localisation du bracelet. Il doit donc appelé le CROSS grâce à une interface dédiée qui permet au secours de prendre en compte cette alerte et de déclencher tous les moyens nécessaires pour cette personne en danger, dont, pourtant, personne n’est témoin direct de sa difficulté. La SNSM appareille en moins de vingt minutes et dans le cas présent devrait être encore plus efficace en étant capable de localiser le naufragé et de ne pas sortir sur une fausse alerte.

La procédure en dessin, l’utilisateur, le référent et les sauveteurs, toute une chaine qui ne fonctionne qu’avec des bénévoles au sein de la SNSM

Enfin dernière option on peut définir un périmètre en dehors duquel le bracelet va automatiquement lancer une alerte, un peu comme pour surveiller son chien avec des GPS dédiés. On en revient à de la vieille tactique militaire de la périphérie, périmètre et du compartimentage afin de se sécuriser.

Les concurrents possible :
Oublions le live tracking proposé par Garmin qui oblige le porteur d’un GPS de la marque d’avoir un téléphone connecté en Bluetooth à ses côtés, si le dispositif fonctionne bien en montagne notamment pour le mountainbike c’est plus compliqué (mais faisable) en natation, surtout pour avoir accès au téléphone afin de déclencher les secours.
Il existe de nombreuses différentes balises personnelles étanches. Que ce soit les  MOB1 rescueME ou de type ResQlink+, cette dernière dispose d’un positionnement GPS grâce à un signal de 406 MHz et une capacité de déplacement de 121,5 MHz – le ResQlink+ relie rapidement et précisément votre position à un réseau mondial de satellites de recherche et de sauvetage. Une lumière stroboscopique intégrée offre une visibilité lors des sauvetages nocturnes. Cette dernière option est plutôt très bonne, mais on un peu moins destinée à des nageurs qui a priori vont évoluer en plein jour sans brouillard.

Le ResQlink+, une alternative pour les sports nautiques, pour la nage il faudra l’installer sur une bouée.

Le système reste de la taille d’un ancien téléphone et n’est donc pas facile à transporter sur soi en nageant (il n’est d’ailleurs pas prévu pour cela), au mieux à placer sur une bouée à tracter derrière soi. Une fois de plus ce type de sac étanche flottable permet d’emporter pas mal de choses essentielles en cas de besoin dont un peu d’eau et pourquoi pas une balise de localisation en plus de ses vêtements et autres clés. Ici on dispose donc d’un kit balise et sac orange permettant de flotter (même si le sac en question ‘es pas un dispositif de secours et de flottaison adapté) en attendant les secours.

Il existe enfin un bracelet dont le design est très, très proche du Dial, le Sea tags, qui lui se déclenche automatiquement en cas de chute dans l’eau ou sur pression du possesseur et qui déclenche un alerte et une localisation sur le smartphone des équipiers dans un rayon de 100m, car celui-ci se destine surtout on l’aura compris au navigateur et moins aux nageurs. Pour autant les similitudes sont nombreuses avec l’objet désigné par P Starck, même couleur, même type de silicon et système de fermeture identique, il enveloppe toutefois un boitier plus petit et donc moins gênant au poignet.

Contraintes du Dial :

Le premier point étant bien sûr qu’il faut et c’est une évidence que vous et votre référent captiez du réseaux téléphonique, lui de la 3g pour que l’application tourne (à défaut du Wifi) et pour le possesseur du bracelet que le système dispose de suffisamment de crédits et qu’il capte de la 2G.
Une fois dans l’eau au niveau 0 donc il n’est peut être pas si facile que cela de recevoir le réseau sur la puce Sim multi opérateurs dédiée installée dans le boitier, mais pour l’instant je n’ai pas souffert de perte de signal. Notez que la mise en route du boitier peut être assez longue surtout la première fois et qu’il met un peu plus de temps que votre montre à se localiser.

Le tarif est très correct pour un tel accessoire de sécurité et si l’on regrette un bracelet en silicone un peu moins souple que ceux des montres GPS, et un boitier plus épais aussi, cela ne gêne en rien lors de la nage, j’ai même testé en piscine où l’on noterait très rapidement les désagréments notamment lors de la touche au mur ou de la relance post culbute si cela ne tenait pas, mais rien de négatif à ce niveau là, juste un système d’attache moins conventionnel mais efficace malgré tout.

Pour la photo la personne à sauver est en combinaison de plongé mais en réalité le dispositif n’est pas adapté à cette pratique, le boitier n’est étanche qu’à 10m

Pour le reste si les débuts ont été difficile pour enregistrer son profil sur l’application (il s’agissait des premiers pas du dispositif) le fonctionnement est assez simple et l’interface très claire. Le boitier recharge ses batteries par induction avec une petite plateforme et se connecte facilement au téléphone, il dispose d’une batterie suffisamment efficace pour l’emmener en week end et faire plusieurs sorties en mer sans avoir à s’inquiéter de sa charge. Enfin il est livré avec 80 heures de localisation et une dizaine de sms prépayés mais je rappelle ici que l’on peut recharger facilement pour 25€ et 100 heures de localisation. Reste à savoir l’efficacité dans le temps et la sécurité de l’objet connecté contre des attaques extérieures.

Pour ma part je procéderais ainsi, partir avec un référent et en se renseignant toujours auprès d’un poste de secours s’il en existe un avant de plonger, afin de connaitre les courants, les marées, les obstacles et la météo. Se munir d’un sac étanche que l’on tire derrière soit pour être visible des autres utilisateurs notamment ceux munis d’un moteur. Avoir dans son sac des vêtements et une paire de chaussures pour pouvoir marcher et être couvert du vent si l’on devait sortir loin du point d’entrée et rentrer à pieds. Faire un test d’activation du dispositif bracelet et smartphone du référent pour être sûr que le signal passe bien. Enfin ne jamais se surestimer et ne pas chercher à nager contre le courant et trouver rapidement un point de repli ou un itinéraire bis si le parcours d’origine est trop dangereux (bateaux, courants, hauts fonds…). À la sortie de l’eau, remercier les personnes que l’on a sollicité pour ce suivi depuis la plage (secouristes) ou depuis son smartphone afin de rassurer et pouvoir faire un bilan de ce qui n’a pas fonctionné. Ainsi lors de ma première sortie je pensais avoir un cracking en temps réel alors que mon référent n’aura reçu que le point de mise en route de mon bracelet et son extinction, sauf déclenchement d’une alerte il ne savait pas où j’étais. Cela fait une économie de crédit certes mais il vaut mieux en mer pouvoir rassurer aussi ses proches par une simple consultation d’un point sur une carte afin de comprendre que l’on est bien sur le retour vers la plage après une heure et plus de nage quand on a un peu trainé dans l’eau.

3 nageurs que l’on distingue très peu en haut (avec un restube) mais bien mieux grâce à leurs bouées de signalisation.

En tant que sauveteur, que pratiquant de prone paddle board ou nageur d’au libre je valide donc ce petit bracelet et surtout le fait que cela soutienne la SNSM en lui dédiant une petite partie du prix d’achat. enfin pour soutenir ma station locale de la SNSM je réaliserai une belle traversée de 20km en Septembre de Saint Jean de Luz à Anglet pour relier symboliquement les stations qui officient sur cette partie de la côte basque toute l’année. si vous voulez les soutenir vous pouvez faire un don :
https://don.snsm.org/soutenir

Publicités